A qui le marketing de la régression rend-il service ?

On pourrait discuter des années entière du marketing de la régression. J’y ai repensé ce week-end dans un parc avec mon fils. La moitié des mères de famille portaient des tennis à scratch. Les mêmes que leurs enfants.

Dans la foulée, j’ai repensé à ce restaurant infect près du bureau où l’on sert des saucisses-purées sur fond musical de Bernard Minet.

Se réfugier dans son enfance indique une inquiétude inquiétante vis-à-vis de l’avenir.

Les gens de ma génération sont-ils stressés par le futur au point de ne pas souhaiter grandir, à la manière de Michael Jackson ? Est-ce que c’est pour cette raison qu’ils ne votent plus ? Qu’ils prétendent se soucier de l’environnement tout en partant 5x par an en city breaks sur des vols low cost ? Qu’ils ont peur des autres au point de déléguer le maximum d’interactions sociales à des applications qui ubérisent leur quotidien (déplacement, courses, repas, soins) ?

Les marques ne devraient pas flatter notre inquiétude de l’avenir.

Nous devons accepter l’avenir et se retrousser les manches pour en faire un bel avenir vivable et tolérant.

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s