Wouhou les petits taureaux, êtes-vous prêts à devenir des ours ?

Parue dans un article du FT hier lundi 9 novembre, j’ai aimé cette phrase de Mike Pyle, chief investment strategist chez BlackRock. 

We’re back in a world where growth is relatively scarce and you are willing to pay a premium in the market for it

Pour la replacer dans le contexte, Pyle fait état de l’alternance Républicains/Démocrates à la tête des USA, qui vont freiner les élans des projets infrastructurels, au bénéfice de la Big Tech, cet secteur qui se joue des conjonctures (et a prodigieusement réussi à se faire pardonner par la non-réélection de Donald Trump).

Cette situation à faible croissance où il faut payer plus cher pour avoir accès au marché peut aisément se transposer à la situation de la consommation en Europe et dans les pays matures de l’OCDE.

La croissance n’est probablement pas infinie dans un monde aux ressources finies, aussi, à court terme, plutôt que de presser la planète comme un citron (au risque de pénaliser tout le monde, y compris votre propre entreprise), il faut se préparer à un mode de croissance basé sur la compétitivité et le gain de part de marché.  

C’est exactement la différence entre une situation bearish (offre supérieure à la demande, entraînant une croissance par inflation) ou bullish (demande supérieure à l’offre, entraînant par déflation).

Préparer le futur, c’est préparer votre marque à un marché où l’offre sera supérieure à la demande. C’est à dire à piquer des parts de marché, être meilleure que ses concurrents, avoir un lien plus fort avec les consommateurs. 

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s