Quand on veut tuer son chien… : l’absurde absence qualitative de la critique des écrans

J’ai beaucoup aimé cet article de Vanessa Lalo au sujet du temps passé devant les écrans, en augmentation dans le contexte du covid.

On ne répète pas assez que :

Le problème ne vient pas du temps d’écran mais de la qualité de ce que l’on regarde.

Le vrai sujet des écrans ce n’est pas le temps que les jeunes y passent mais le dédain de leurs ainés pour leurs pratiques.

Pour pouvoir faire une bonne prévention, il faut savoir accompagner, s’intéresser aux pratiques numériques et ne pas en avoir peur.

Comment juger de TikTok sans y avoir mis les pieds ? Comment juger d’un manga, d’un jeu vidéo, d’un jeu de rôle sans s’y intéresser un minimum ? Les remarques émises par les parents aujourd’hui sont les mêmes qu’ils reçurent dans leur jeunesse face à un concert de Nirvana, ou dans un caveau de jazz en train de twister.

Les adultes consomment plus de contenus numériques que les enfants. Mais ils vont quand même juger les pratiques numériques des plus jeunes, comme si c’était forcément excessif ou idiot.

Comme dirait mon analyste : on reproche souvent aux autres ce qu’on n’arrive pas à se reprocher soi-même.

Bisous.

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s