On devrait être fier de pouvoir changer d’avis

Le proverbe dit qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Or, il ne tient pas compte de la difficulté nécessaire pour changer d’avis, notamment aux yeux de l’opinion publique.

Je ne souhaite défendre personne en particulier mais les critiques émises à l’égard de Dupont-Moretti (une “vraie girouette” vis-à-vis de son projet de juges locaux auquel il était opposé il y a 2 ans) m’ont fait repenser à ce sujet, notamment quand on est habitué à prendre la parole sur tout et n’importe quoi, un peu comme moi.

Quand on écrit sur un sujet, quel que soit l’engagement qu’on peut y mettre (analytique, rationnel, émotionnel, poétique…), les gens qui nous lisent vont nous associer à un point de vue. Nous *coller une étiquette*.

C’est précisément cette étiquette qui est le fruit d’incompréhension si vous ressentez le besoin de nuancer notre propos, voire de changer d’avis.

Aussi, il faudrait admettre qu’en prenant position sur un sujet, on le maitrise de bout en bout et on s’engage à ne jamais en changer, malgré le facteur inconnu de l’Histoire qui peut faire advenir de nouveaux faits.

C’est évidemment impossible. Voire carrément stupide.

Non seulement, adopter cette posture indiquerait l’impossibilité quasi totale de prendre la parole, à moins d’être expert. Mais en plus elle en interdirait l’accès à qui n’a pas étudié 30 ans un domaine. Sans parler des sujets en cours d’écriture, vis à vis desquels l’expérience est nulle puisque impossible (entre mille, prenez le cas du wokisme, des fake news ou encore des vaccins covid).

En outre, il apparait évident que l’esprit critique se construit dans la tentative, dans l’essai, dans l’expérience. C’est en forgeant qu’on devient forgeron.

A titre personnel, j’aime prendre la parole sur des sujets que je ne maitrise pas pour le plaisir d’être critiqué, contredit, éclairé. C’est par la confrontation que je m’enrichis. Pas uniquement en passant ma vie dans les bibliothèque.

On devrait être fier de changer d’avis.

A minima quand on est pas homme politique.

2 thoughts on “On devrait être fier de pouvoir changer d’avis”

  1. Je crois que le reproche sous-jacent que l’on fait au politique qui change d’avis, c’est sa prétention à tout savoir mieux que tout les autres. Cette prétention, les élus l’appellent “autorité” et y tiennent par dessus tout.

    Ainsi pour gagner la liberté de changer d’avis, il faut savoir se montrer modeste…

    Like

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s