Et si l’époque s’expliquait simplement par la caducité du genre romanesque ?

J’ai trouvé cette tribune de Nathalie Azoulai extraordinairement explicative de l’époque dans laquelle nous vivons.

Les doutes de cette écrivaine vis-à-vis du format roman font écho à mille phénomènes contemporains : difficulté de concentration, guerre de l’attention, obsession de l’individualisme, de l’expérience et de la sensation, brouillard entre la réalité et la fiction… 

Après tout dans le fond cette question de la fin du roman est assez salutaire.

A ne pas uniquement appliquer à la littérature mais aussi au cinéma et à l’audiovisuel plus largement, dont l’écriture a totalement changé en 20 ans.  

1 thought on “Et si l’époque s’expliquait simplement par la caducité du genre romanesque ?”

  1. Il est vrai que le rapport “profondeur du récit/temps passé” de la série concurrence brutalement celui du bouquin, De même, le film avait du apparaitre comme un concentré/accéléré d’histoires au moment de son apparition sur les premiers grands écrans, attirant un public habitué à devoir consacrer des heures et des heures à des récits feuilletonnants. Un genre de ROI.

    Like

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s