L’algorithmie, c’est comme tout, ça interroge notre rapport à l’humain

Voici l’article que mon collègue Paul Grunelius a publié dans le Monde pendant les vacances. C’est chic. Ca me fait penser à quel point un algorithme bien calibré rend service (Youtube) tendu qu’un algorithme qu’on subit (Twitter) est une calamité.

La résolution de cette année: être moins ringard avec Business of Hype

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir une tribune écrite par Olivier Legris.

image

Sean Wotherspoon est déjà post-Instagram depuis Mars 2019. Et vous?

Cette année, je me dirige sur mes 34 ans et je m’approche doucement mais surement du pic de confiance

Le pic de confiance est une zone inquiétante qui est l’intersection entre l’illusion du savoir-faire et le déni de ringardise.

Le pic de confiance est un point de basculement dangereux dans la vie de chacun car il précède souvent le royaume de la performance illusoire qui consiste à éviter l’acceptation de l’échec de sa vie en courant le marathon de Paris.

Mais voilà, en ce début de décennie, c’est le bon moment d’affronter la vérité.

Ainsi je me soigne, et un de mes remèdes est “Business of Hype”.

Bien entendu, j’accepte l’ironie mordante de croire qu’être moins ringard passe par un media de trentenaire blanc CSP+ qui pense changer le monde car il écoute un truc qui s’appelle “Génération Do It Yourself” ou “Nouvelle École”.

Mais bon je vous rappelle qu’on est en 2020 et que vous lisez un blog, donc du calme les bobos.

Bref, Business of Hype est un podcast édité par Hypebeast (un truc de jeune) et hébergé par Jeff Staples (un vieux) où ce dernier interview des gens créant la culture d’aujourd’hui (=des trucs qu’achètent les jeunes )

image 2

Jeudi, gros drop au Palace de Versailles

Jeff Staples est un OG du game qui a monté il y a plus de 20 ans Staple Design, et dont les pigeons font la joie des collectionneurs de street wear (vous interprétez cela comme vous voudrez).

Business of Hype va fêter ses deux ans, et je dois avouer que la gallérie des intervenants a été remarquable, du premier épisode avec Hiroshi Fujiwara a ceux des créateurs d’Alife, acoldwall, Fear of God, Chinatown Market, et même Sarah Andelman (Colette).

Ils ont fini l’année avec un méta épisode expliquant comment le podcast est fabriqué, regroupant pour la première fois tous les membres de l’équipe dans une même pièce, ce qui est en dit long sur l’avenir de monter un business en général.

Si vous voulez commencer en douceur, je vous propose le double épisode sur la légende John C Jay qui après des années de Wieden+Kennedy est devenu President of Global Creative chez Fast Retailing. (Episode 1Episode 2)

Oui, encore un vieux qui interview un vieux, mais bon on se refait pas.

Bonne année à vous

PS: Petite dédicace à Emmanuel sans qui je n’aurais peut-être jamais découvert ce podcast

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #408

1.L’influence vient de l’influentia, une croyance du Moyen-Age où un flux provenant des astres pouvait agir sur la destinée des humains.

2. Le mont Palatin a donné naissance au terme palais.

3.La moitié de vos amis ne se considèrent probablement pas comme vos amis. Ce phénomène est dû à la mobilité sociale : les gens qui montent deviennent plus sélectifs, les gens qui ne bougent sont moins sélectifs.

4. Les matelots, ces gens modernes. Merci Olivier

5. L’adresse des imprimeurs figure à la fin de chaque livre édité en France depuis l’ordonnance de Moulins  sous Louis 15 qui visait à faciliter leur censure.

6. Les 20 plus gros clients de Facebook France ne pèsent que 17% de sa marge brute.

7. Le sens de la croix bleue sur les ambulances : chaque branche représente une mission de l’urgence médicale > repérage, alerte, intervention, secours sur place, soins en cours de transport et transfert à l’hôpital.

8. L’origine pirate de l’invention du wifi. Source L’utopie déchue.

9. La Hollande ne désigne que deux des douze provinces du pays. Les Pays-Bas veulent en interdire l’usage pour ne pas pénaliser le tourisme des autres provinces.

10. Le régime social des marins fondé en 1673 par Colbert, dans le but de fournir aux marins estropiés une pension d’invalidité, est le premier régime spécial de retraite créé en France.

Le bilan 2019 de NLQ

C’est la quille. Voici les 20 articles plus lus cette année (en gras figurent ceux qui ont été écrits). Merci pour votre fidélité. Vous êtes beaux et digitaux.

  1. La différence entre médium et média expliquée par Instagram (écrit en 2016).
  2. CB News n’a pas l’air d’être contre le harcèlement sexuel en agence (écrit en 2018).
  3. Une petite critique du talon aiguille (écrit en 2010).
  4. Brainstormer, une IA au service de la créativité (écrit en 2017).
  5. La créativité n’est-elle pas une affaire de courage ?
  6. Prenez 2 minutes pour vous défouler sur l’idiotie de ce print Cinna.
  7. Peut-être que les Cannes Lions sont en train de muter en festival du film d’auteur ?
  8. 10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #398
  9. Qui a donné le feu vert pour transformer Linkedin en sanctuaire du malaise ? (écrit en 2018)
  10. Toutes les stratégies de communication dans le même outil ?
  11. Plein de beaux positionnements d’agences créatives
  12. Le diamant Finish est un produit qui a amélioré mon quotidien
  13. Monster : l’autre Red Bull qui fait flancher nos conceptions de la différenciation en marketing (écrit en 2012)
  14. Pardon
  15. De l’utilité des animaux (écrit en 2014).
  16. L’histoire des pneumatiques (écrit en 2009).
  17. Adidas : data gueule de bois.
  18. Comment une agence gagne de l’argent
  19. Je pense que le film Volkswagen « les autres » n’aura pas le moindre impact
  20. Hommage à la typologie des 4 grandes familles de campagnes de pub par JM Floch

C’est toujours autant plaisir de partager tout cela avec vous.

A l’année prochaine.

J’espère qu’un jour la politique se réintéressera aux jeunes

Cet article de Dave Trott raconte une loi éternelle du business : il est plus difficile de faire exister un marché que de s’installer sur un marché existant.

Aussi, il est plus aisé d’aller pêcher les voix des gens qui votent plutôt que de ceux qui ne votent pas.

Qui vote en France ?

Les vieux.

Je me désespère de l’abandon des jeunes par les politiques.

J’espère qu’un jour, une personne politique réussira à ré-intéresser nos jeunes à la démocratie.

C’est nous l’avenir.

Pas les retraités.

Je trouve incroyable que les vieux se disent qu’ils manifestent pour ne pas sacrifier la jeunesse.

C’est en maintenant les retraites telles quelles qu’ils sacrifient les jeunes, ne nous y trompons pas.

Nous aurons tout le loisir de recréer de la richesse pour tous et réinventer la solidarité quand nous nous serons débarrassé de cette charge financière totalement incapacitante.

J’aimerais que Charlie Hebdo soit composé de jeunes.