2021 : sautons vers l’inconnu

Aujourd’hui, notre excellent Olivier Legris nous offre une agréable tribune de début d’année.

Le hasard veut que des 2 derniers films vu en 2021, chacun possède un plan de “saut vers l’inconnu”.

Vers l'infini et l'au-delà - Soul

Vers l'infini et la gueule de bois - Druk

Les 2 personnages, a travers ces sauts, tentent de reprendre en main un destin qui semble leur échapper.

Je fermerai ici le parallèle entre les 2 œuvres, à moins que Soul soit une critique en sous-texte de l’addiction aux opioïdes des Américains (n’hésitez pas à revoir le film sous cet angle).

Néanmoins, ces images ne seraient-elles pas des parfaites illustrations de l’année qui nous attend ?

Un grand saut vers l’inconnu.

Mais pourrait-il en être autrement ?

Mais en est-il jamais autrement ?

Alors 2021, nous arrivons, les bras et les yeux grands ouverts, prêt à relever les défis, tenter de s’en sortir ensemble, et en espérant que pour une fois, dans la chute, le plus dur n’est pas l’atterrissage.

[Post invité] Je déteste le marketing de la nostalgie mais il me tarde de jouer à Tony Hawk 1+2

Cette semaine, Activision a annonce qu’il sortait une version remasterise de Tony Hawk 1+2.

A l’image de l’industrie du cinema, l’industrie du jeux video a compris l’avantage de ressortir des vieux succes en version remasterise: des IP fortes, un cout de development limite et un risque presque nul.

Pour autant, Tony Hawk a une saveur différente, a tel point que meme Le Monde a senti le besoin d’en faire une papier. (Pourquoi les jeux vidéo « Tony Hawk’s Pro Skater » sont si populaires)

Il faut inscrire Tony Hawk dans un tournant des jeux vidéos entre 1999 et 2001 :
la puissance technique aidant, on a commencé à créer des jeux ancrés dans le réel, passant de l’idée de niveaux à celui de monde ouvert/ jeu sandbox, sans qui Minecraft et Fortnite ne seraient pas ce qu’ils sont.

1999 est l’année de Shenmue, 2000 celui de Tony Hawk 2, pour enfin finir avec 2001 et GTA III, le jeu qui va redéfinir le médium lui-même.

Au-delà du gameplay et de leur qualité intrinsèque, ces jeux deviennent un tournant culturel à travers l’inclusion de marques réelles et de musique contemporaine.

Ils deviennent des instantanées de leur époque, véritable marqueur générationnel.

De ce point de vue, la bande son de Tony Hawk 1 et 2 a tout autant été fondamentale que le jeu lui-même.

En effet, elle a ouvert la porte à l’utilisation de musique licenciée dans les jeux. Les labels allaient commencer à comprendre le rôle marketing qu’un jeu pourrait avoir sur des groupes de musiques. (Dans la meme veine, je ne dénigre pas le rôle de Crazy Taxi, même si sa bande-son était avant tout focus sur The Offspring et Bad Religion)

A l’aube de l’explosion de Napster, le jeu vidéo était devenu la nouvelle compilation, où le souvenir de moments forts étaient tout autant liés aux moments de grâce dans le jeu qu’à la bande son qui l’accompagnait.

Cette place si forte de la musique dans le jeu vidéo va connaître son apogée en 2008 quand les fans de Metallica préféreront la version de Death Magnetic dans Guitar Hero 3 que celle faite pour l’album.
Guitar Hero, un jeu développé par Neversoft, les créateurs de Tony Hawk, bien entendu.

DLC de l’article:
Activision, l’éditeur du jeu a bien compris l’importance de la bande son pour Tony Hawk et a donc déjà créé la playlist Spotify du jeu.

https://open.spotify.com/playlist/37i9dQZF1DX6F6y6vVLZ8H?si=RsPWGhOsSjmoY_DpTAQYVQ

Si comme moi, vous avez découvert de nombreux groupes grâce à la bande son de THPS, vous allez adorer le documentaire Pick It Up! sur le mouvement Ska des années 90 (Goldfinger, Real Big Fish, Less Than Jake).

Enfin, qui dit polémique concernant Metallica Death Magnetic, dit Rick Rubin, et qui dit Rick Rubin dit Beastie Boys, et donc le docu/storytelling de Spike Jonze.

Olivier Legris

Film OKLMaison #5: Home Imposing

The Graduate – 1967 – Mike Nichols

Across 110th Street, il n’y a plus personne

On finit cette semaine en se réfugiant chez les parents.

Comme de nombreux Tanguy, le confinement est synonyme, pour le meilleur et pour le pire, de se retrouver pour une dernière fois a habiter avec les parents.

Une fois le plaisir du retour, une certaine tension s’installe, et si par malchance, vous n’avez toujours pas decider de ce que vous allez faire de votre vie, c’est la machine parentale qui s’emballe.

Au-dela d’etre un film de rite de passage, The Graduate manie sensualité et absurdité pour nous adresser un message clair: il est temps de couper ce cordon a la tronçonneuse et de quitter cette maison.

Screw you, I’m not going home.

Note Covid: 12/19

Respect du confinement: 2/9

Ca tente vaguement de s’enfermer dans une pool house mais ca utilise l’excuse du jogging pour do sortir.

Respect des distances sociales: 1/9

Le seul moyen de se débarrasser d’une tentation est d’y céder.
Dommage, en période de pandémie, c’est game over assure.
Crise de la quarantaine en vue.

Exercise physique 9/9

Piscine et sex, Corona baby en vue.

Comment le voir OKLM

Bien installe dans votre sofa Pierre Paulin, vous choisissez la piste DTS-HD de l’edition Criterion, restauré en 4K digitalement.
A vous le son du silence, et a vos voisins, Mrs Robinson.

Film OLKM #4: Home Protecting

El Hombre De Al Lado – Mariano Cohn, Gaston Dupra – 2009

Chacun sa route, chacun son chemin, passe le message à ton voisin

Un jour quelqu’un sur Internet a écrit “l’enfer c’est les autres” alors qu’il voulait surement dire “l’enfer c’est les voisins”.


Surtout quand on habite une maison faite par Le Corbusier, et que son voisin décide de faire une fenêtre afin d’avoir un peu plus de lumière.


Ce film noir argentin aurait de quoi faire sourire dans sa manière d’exposer les relations sociales et l’arrogance d’une bourgeoisie sure de ses valeurs.


Et puis, on repense à ce centre pour SDF dans le 16eme qui a été combattu bec et ongle par les riverains, puis partiellement incendié.


Et là, on réalise que ça sert à rien de connaitre Diogène si c’est pour être un FDP avec son voisin.

Note Covid: 4/19

Respect du confinement: 4/6

Le hero fait tout pour ne pas sortir de sa maison et se confronter à la réalité extérieur. Plus prison que palace.

Respect des distances sociales: 0/6 dans l’idée mais 6/6 dans l’exécution

Hélas, pas la bonne interpretation de distances sociales.

Exercice physique: 0/6

Ca prend la voiture pour faire 50 metres. Jean est en PLS.

Comment le voir OKLM

Bien installé dans votre LC4, vous rigolez des gens ordinaires qui ont une TV alors que vous, vous avec une Bang & Olufsen.

Et puis vous réalisez que le film est disponible uniquement en version originale, sans sous-titres français.

Vous n’avez jamais autant regretté votre condescendance pour les LV2 espagnole.

Film OKLMaison #3: Home Keeping

Koolhaas Houselife – 2013 – Beka & Lemoine

Dude (Looks Like A Lady)

Qui ne rêve pas de vivre dans une maison d’architecte?

Houselife est un magnifique documentaire sur la réalité d’une maison d’architecte, en l’occurrence une maison bordelaise dessinée par Rem Koolhass.

Derrière la façade, la réalité de l’entretient d’une maison ou le style prend le pas sur la fonction.

A l’image d’un épisode de Strip Tease, on suit la femme de ménage nous faire la liste des défauts de la maison, mais ceci sans jamais juger ou se plaindre.

De quoi vous faire apprécier son simple T1 parisien.

Note Covid: 10/19

Respect du confinement: 4/7

On reste à la maison mais beaucoup trop de personnes étrangers viennent rendre visite.

Respect des distances sociales: Gens ordinaire 0/6 – Propriétaire 6/6

Comme d’habitude, c’est les classes sociales d’en bas qui casquent.

Exercice physique 6/6

Toute la journée pour nettoyer la maison. Même avec un ascenseur, on garde la forme.

Comment le voir OKLM

Ici, on va pas faire les snobs, le film n’existe même pas en Bluray.
Donc direction Vimeo, après avoir nettoyé votre salle de bain.

Et oui, elle est dur la vie en confinement sans votre femme de ménage, bourgeois !