Ne pas aimer internet mais sortir par la grande porte

Ca fait des mois que je n’étais pas tombé sur des bons vieux films publicitaires qui font marrer.

A la lecture récente d’un énième coup de gueule de directeur de création regrettant les bons vieux gags au détriment de ces nouveaux enjeux digitaux de merde (inutile de donner des noms), je posai délicatement la tête dans la paume de ma main.

Et puis face à ce genre de petits films, force est de reconnaitre que non seulement cela faisait longtemps qu’un annonceur n’avait plus osé dégainer ce genre de truc, mais surtout que ça fait plaisir d’être confronté à un humour « classique », pas pollué de références digitales incomprises, comme ces deux films lancés cette semaine (parmi de milliers d’autres) :

Tout le monde a le droit de ne pas aimer internet.

Mais si c’est votre cas, ne cherchez pas à dégoûter tout le monde, rabattez-vous sur ce que vous sav(i)ez faire : du lol pré-digital.

Ca peut être bien aussi.

Le pouvoir des consommateurs : un plébiscite de l’intelligence

Nous avons beau penser vivre dans un monde en proie aux affres conjugués de la mondialisation et des hand spinners, l’affaire Hanouna (faisant écho à  celle de Youtube il y a quelques semaines) nous rappelle que les marques jouissent du pouvoir de cautionner/refuser certaines visions du monde.

Il y aura toujours des réactionnaires pour nous raconter que les annonceurs ne devraient jamais outrepasser leurs USP (je pense notamment à Ad contrarian, le Zemmour de la pub). En attendant, la réaction des annonceurs vis-à-vis des interpellations d’internautes n’a pas (trop) tardé et c’est tant mieux.

Je ne sais pas si le tweet de Sylvain Chazot est celui par lequel tout a commencé mais en tout cas bravo, voici un joli exemple de démocratie en marche.

Cette affaire soulève des tonnes de question vis-à-vis de ce qu’on appelait autrefois (aka. à une époque où l’avis d’un cadre de TF1 pesait, lol) *la course à l’audience*.

Le cas Hanouna ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt de la pauvreté éditoriale.

Les producteurs de contenus ne devraient jamais perdre de vue que le nombre de clics ou de vues ne justifient pas tous les compromis avec l’intégrité.

Cette remarque vaut pour les marques, devenues des médias depuis l’avènement des réseaux sociaux.

Les marques inspirantes essaient de tirer les gens vers le haut, pas vers le bas.

Les marques intelligentes créent de la confiance, pas de la peur.

Les marques qui pèsent n’ont pas un programme de repli mais d’ouverture.

Ca vous rappelle quelque chose?

Série d’été #1 : mes grands articles préférés sur le planning

L’été a débuté. Aussi, comme toute bonne publication qui se respecte, je profite de ce moment pour regarder dans le rétroviseur.  Je collecte depuis des années des articles que je trouve intéressant. Je les range généralemnt en PDF dans mon dropbox. Certains ont été lus, d’autres jamais.

C’est le moment de les partager.

Le premier de cette série qui devrait durer une dizaine de semaines, c’est A history of planning par Merry Baskin : à télécharger ici A_history_of_planning.

On y révise ses basiques sur la profession :

  • le Target Plan fondateur de Stephen King chez JWT, lassé des hypothèses invalides sur lesquelles toutes nos assomptions sont fondées,
  • les premiers départements sont dédiés à l’identification d’insights
  • la première agence de planneurs – Boase Massimi Pollitt – où ces derniers s’inspirent des études, de la stratégie d’entreprise et des médias,
  • l’invention du métier de brand planner en 1968,
  • le premier gros département de Pollitt à la Walter (24 planners sur 60 personnes),
  • les bagarres contre les « mesures intermédiaires » (mémorisation agrément restitution…) : rien n’a changé ou presque
  • les doutes en 75 sur le ROI du département planning, finalement sauvé par le DC John Webster dont les travaux pour la purée Smash ou Cresta Bear sont co-crédités avec des plannos,
  •  création de l’APG en 79, boycottée par la BMP de Pollitt (qui ne veut pas partager ses secrets)
  • 82 : Jay Chiat importe aux US le planning
  • 83 : il y a 400 planneurs au UK, la demande augmente, les salaires aussi. John Bartle publie un article les prévenant de ne pas devenir des intellectually arrogant, overpaid, self-styled guru (this is so me).
  • 85 : la data et l’informatique font leur apparition dans les agences
  • 96 : la disruption de Jean-Marie Dru est une méthode agence drivée par les planneurs
  • 00 : les plannos qui font les études, les datas, l’analyse stratégique et les briefs créatifs sont appelés gonzo planneurs
  • Naked est lancé (coeur avec les mains) pour développer un nouveau modèle de planning – le comms planning – au service des nouvelles problématiques client
  • 05 la campagne Balls de Sony est acté comme une des premières à être propulsée par les médias sociaux, redonnant aux planneurs l’impératif de s’y connaitre en médias

Une marque peut-elle moquer la médiocrité de ses clients? On dirait bien que oui.

J’aime cette idée de contenu produite par Canon :

As part of a social experiment to explore bias, 6 photographers took portraits of the same actor, who gave them each a different backstory about himself. The results showed how ‘a photograph is shaped more by the person behind the camera than by what is in front of it.’

En même temps, on peut aussi se demander si cette idée ne nous raconte pas que les photographes n’ont aucune personnalité tant ils racontent des histoires clichés sur les gens qu’ils photographient.

Alors oui, on comprend qu’un appareil photo n’est qu’un appareil au service de la créativité des gens, mais si la créativité des gens est merdique, ça ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick.

Bref, cette idée n’en demeure pas moins un sujet dont on parle et c’est déjà un succès.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #264

1.Pendant la 2nde guerre mondiale, les Russes entrainèrent des chiens pour aller faire exploser des bombes sous les tanks allemands. Problème : les chiens identifiaient les bâtiments à l’odeur de l’essence, or l’armée allemande roulait au diesel.

2. Aux Etats-Unis, les hommes payent en moyenne 15 000$ de plus en assurance auto au cours de leur vie.

3. Rolex a un statut d’entreprise non lucrative réinvestissant l’intégralité de ses profits au service de l’entreprise.

temps passe table france

4. Entre 1986 et 2010, le temps passé à table des Français a augmenté de 13 minutes, de 2h09 à 2h22. Source Think Tank

5. La moitié des hommes britanniques descendent d’un roi de l’âge de Bronze ayant vécu il y a environ 4000 ans.

6. Les notations de 11 grands sites internet – dont Amazon et PornHub – montrent que les produits qui ont le plus de lettres figurant à gauche d’un clavier QWERTY sont plus populaires. Merci Sylvain

7. Le stylo à tatouer a été initialement inventé par Thomas Edison pour créer un stylo électrique capable d’écrire sur 100 feuilles superposées simultanément.

photo

8. La chanson du bon roi Dagobert ne moque pas le roi éponyme mais Louis XVI. Merci Etienne

9. A l’aveugle, 96% des gens reconnaissent le bruit de l’eau chaude qui coule vs. celui de l’eau froide.

10. Les GPS vendus sur le marché se désactivent au-delà de 1 900 km/h et au-dessus de 18 km d’altitude pour éviter qu’ils puissent être utilisés comme système de guidage de missiles balistiques.