10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #418

1.Les coquillettes sont plus faciles à fabriquer que les pâtes à formes complexes telles que les farfales.

2. La dépression serait un avantage adaptatif nous protégeant des infections.

3. Les ballons de foot noir et blanc répondent à la même utilité que les fusées en noir et blanc : ça sert à les voir tourner.

4. Le kilomètre compassionnel : notre intérêt pour autrui est généralement inversement proportionnel à la distance qui nous sépare de lui. Merci Cyril

5. A$ap : Always Strive and Prosper.

6. La part du lion vient d’une fable d’Esope.

7. Les bolas sont encore utilisées par les cowboys argentins.

8. Les pantalons à pattes d’éléphant viennent de la marine : elles servaient à rouler sur la cuisse pour rester au sec.

9. La carte bleue tient – en partie – son nom du maillot de l’équipe de France de rugby.

10. Parmi les actifs, ce sont les étudiants qui travaillent qui se déplacent le plus : ils passent près de 16 heures à se déplacer chaque semaine, soit l’équivalent de deux journées de travail.

Christian Louboutin : *les talons hauts forcent à être lents*

J’aime le podcast Le goût de M animé par Géraldine Sarratia.

J’aime la manière dont les gens parlent d’eux en racontant des petites choses a priori sans importance permettant au final de dresser un tableau éclairant sur leur personnalité, leurs inspirations, leur vision du monde.

Typiquement, sans être personnellement adepte des produits de Christian Louboutin, j’ai adoré son passage dans ce podcast.

Son goût pour l’ailleurs, l’exotisme, l’étonnement m’a rappelé mon père.

Et puis cet éclair : Louboutin aime les talons hauts car ils forcent à être lent. Dans une époque obsédée par la vitesse, la quantité, l’accumulation (notamment pour les femmes), les talons imposent lenteur, hauteur et distanciation. Autant de valeurs qu’admireraient un sachant ou un savant.

Etonnant non ?

L’éléphant bleu signe une des campagnes les plus contre-intuitives de l’année

Dans le Journal du Dimanche du 22 mars 2020, il y avait une page consacrée aux enjeux de réduction du gaspillage de l’eau :

En face de cette page, une page de publicité, signée Eléphant Bleu :

Je ne peux pas nier que j’ai été surpris.

Pourtant si cette information incarne ce que devrait être un bon argument publicitaire – il attire l’attention – il est presque trop étonnant. 

On a coutume de considérer qu’il faut prendre soin de l’eau pour ne pas la gaspiller. Eléphant Bleu peut donner l’impression d’offrir un service qui va à rebours de cette observation : quoi de plus inutile que d’utiliser de l’eau pour nettoyer une voiture ?

Pourtant, l’argument de cette annonce souhaite éclairer notre lanterne : c’est ne pas nettoyer notre voiture qui est irresponsable écologiquement. En se rendant sur le site de la marque on en apprend un peu plus. 

Bref, au final, ce qui me semblait être une hérésie écolo s’avère être une excellente campagne.

Le thinkerview qui revient sur la vente de Alstom est incroyable

L’avantage du confinement c’est de pouvoir dégager du temps de trajet donc du temps de travail ou d’inspiration en rab.

Cette vidéo doit être vue pour comprendre une des mille applications possibles des écoutes illégales de la NSA révélées par Éric Snowden.

J’avais personnellement un peu de mal à comprendre concrètement les conséquences des leaks. D’un coup tout devient plus clair : un cas d’usage typique c’est la prédation économique.

Au nom de la sécurité, le cryptage des messages Whatsapp empêche la modération de l’infox

C’est une information qui donne – une nouvelle fois – à réfléchir sur l’irresponsabilité des plateformes (c’est même à ce demander si ce terme n’est pas en train de venir un synonyme de dédouanement juridique). 

Vous avez remarqué que Whatsapp (propriété de Facebook) et désormais utilisé comme liste de diffusion : par certains médias (typiquement le Monde Afrique) et de plus en plus par les partis politiques (on estime que Bolsonaro, pour ne citer que lui, a largement utilisé cet outil). Whatsapp a en effet remplacé les chaines d’emails, pour une raison simple : il n’y a pas d’anti-spam.

Cet article de CNN nous explique la situation ubuesque dans lequel la messagerie est positionnée : 

Because WhatsApp messages are encrypted in a way that allows them to be seen only by the sender and recipient, public health officials and watchdog groups are struggling to track the spread of coronavirus misinformation. WhatsApp itself does not monitor the flow of messages on the platform. 

Un peu plus bas :

WhatsApp, which compares itself to traditional SMS text services instead of social media platforms, encrypts conversations, meaning they only live on users’ phones. Though encryption is seen as a plus for security, WhatsApp is blind to what’s being said in messages — and that makes it difficult to police or moderate content.

Le plus délirant : 

WhatsApp says it has taken steps to curb misinformation, it is donating to fact checking groups and users can forward messages to special accounts that can verify information. “There are over a dozen [local fact checkers] so far, and we want more to be able to do their important work so rumors are identified and countered,” Will Cathcart, the head of WhatsApp, said Wednesday on Twitter.

Bref, au nom de la sécurité, Whatsapp crypte ses messages, ce qui rend impossible la modération.

De fait, Whatsapp est devenu une machine à fake news pour 2 milliards de personnes dans le monde.

Je crois que plus que jamais, les GAFAM doivent être démantelés.

Même si leur irresponsabilité n’est pas attaquable en tant que telle, ils tomberont sous les lois de l’anti-trust, comme le dit avec discernement Gilles Babinet :