10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #330

Perrier-Indian-Club-02-bottles

1.Le design des bouteilles de Perrier a été inspiré par les indian clubs, des haltères indiennes.

2. Au début des années, McKinsey expliqua à AT&T que le marché mondial du téléphone mobile en 2000 ne dépasserait pas les 900,000 unités. AT&T se retira du marché. En 2000, 738 millions d’unités étaient vendues. Merci Grégory

3. Les gladiateurs faisaient du placement de produit.

4. Le ménure superbe est un oiseau à la mémoire incroyable : un spécimen ayant grandi près d’un flûtiste dans les années 30 fut relâché. 70 ans plus tard, les ménures de la même forêt chantaient toujours les mêmes airs.

5. La longue dispute des universitaires à propos des nombreuses représentations de combats entre chevaliers et escargots aux 13e et 14e siècles.

6. Une étude sur Google Earth a permis de démontrer que les vaches avaient un compas interne, elles pointent systématiquement vers le nord. Merci Grégory

img_2122

7. Merci Étienne

8. Le célèbre fond d’investissement Andreessen-Horowitz est surnommé a16z. Ce numéronyme dérive d’une technique d’abréviation de développeurs consistant à écrire la première et la dernière lettre d’un mot en y insérant le nombre de caractères entre. Chapeau Olivier

9. Charles Aznavour est ambassadeur d’Arménie en… Suisse.

10. L’effet Garcia désigne le fait d’être dégoûté d’un aliment parce qu’on était malade lorsqu’on l’a goûté. Il s’agirait d’un réflexe hérité des animaux qui associe un danger pour notre corps à un aliment.

Posséder les cartes c’est posséder le pouvoir

tordesillas

Les cartes sont un des témoignages les plus précieux de l’histoire de l’humanité.

Par devant les potentielles richesses qu’ils pouvaient rapporter de mondes inconnus, les grands explorateurs étaient chargés de cartographier leurs itinéraires. La carte constituait un atout inimaginable pour les souverains : réduire le risque des expéditions (tout en s’assurant un indéfectible soutien de la véritable puissance de l’époque : l’Eglise). Une situation en tout point similaire à celle des des startupers et capital-risqueurs actuels.

Les enchères dont font l’objet la division cartographie de Nokia montre l’importance inchangée des cartes.

D’abord parce qu’elle est une fonctionnalité clef de la mobilité (le marché le plus en développement au global, cf. deck infra).

Ensuite parce que les expertises cartographiques sont rares et nécessitent des investissements colossaux. Hormis les puissances publiques, seuls Nokia à la grande époque, Google ou Microsoft ont pu se constituer une cartographie de qualité. Même le géant Apple – pourtant richement doté – n’a pu produire un outil satisfaisant.

Finalement parce que la cartographie est gage de liberté. Celui de ne pas payer de taxe aux pionniers (cf. la manière dont Google ramasse vis-à-vis de l’usage de ses cartes), celui d’agir sans être épié.

Payer 4 milliards de dollars par une mappemonde aujourd’hui, c’est rouvrir la route des épices sans croiser un seul barbare.