L’impossibilité de prédire justement l’avenir impose une « brutale ouverture d’esprit »

futur graphique chart courbe impossible

Pour faire état de la difficulté à prédire l’avenir – dans nos métiers comme de façon générale – il n’est nulle besoin de convoquer la très-à-la-mode accélération du temps, l’empirisme semble souvent suffire à expliquer la dynamique des marchés libres.

Comme dirait le célèbre investisseur Paul Graham :

When experts are wrong, it’s often because they’re experts on an earlier version of the world.

Ce qui a été vrai à une époque ne l’est plus forcément aujourd’hui.

C’est pour cette raison que le business n’est pas une science et que les économistes néo-classiques se berçent d’illusions. Mis à part quelques grandes règles relevant plus du bon sens que d’une lumière initiée, il n’y a pas ou peu de constante dans le business.

Au-delà du biais de Saint-Thomas qui nous incite à donner plus de crédit à ce que nous connaissons, un certain nombre de vérités périment avec le temps.

Pour re-citer Paul Graham :

It seems to me that beliefs about the future are so rarely correct that they usually aren’t worth the extra rigidity they impose, and that the best strategy is simply to be aggressively open-minded.

Soyons brutalement ouverts d’esprit. Un peu comme avec ces collègues avec qui on vous a confié un appel d’offre pour les deux mois qui arrivent.

Ca vous inspire?

Merci Olivier pour l’article sur le pike syndrome