Pil rempile !

Scoop déniché sur Libération : le groupe PIL serait sur le point de se reformer ! Seconde famille du chanteur des Sex Pistols, Johnny Rotten, Public Image Limitated devrait organiser une mini tournée en Angleterre.

Mémo : PIL, c’est surtout le tube This is not a lovesong, repris par le collectif Nouvelle Vague :

Source : Next

La pub dont vous êtes le héros

Ça faisait un petit bout de temps qu’on l’annonçait, en voilà enfin une pas trop « exercice de style » : une publicité dont l’internaute est le héros. Jusqu’à présent, on a pu croiser quelques exemples peu concluants de vidéos interactives, trop souvent abandonnées au stade du développement ou du prototype.

Après l’excellent Whodunnit qui introduisait un début d’interactivité intelligente (deviner les éléments du décor ayant changé durant une mini-enquête façon Cluedo pour mettre en perspective l’indifférence avec laquelle les cyclistes sont considérés dans les rues anglaises), l’Etat britannique récidive pour une campagne très bien pensée.

Pour mémo, voici le film Whodunnit :

Drop the weapons vise à sensibiliser les jeunes sur les violences adolescentes. Une série de films illustre les dangers des armes – CQFD… – à travers un cheminement dont le spectateur est le commanditaire. Le plus simple reste encore de tester soi-même le procédé :

Aller sur le site Drop the weapons

Source : Coupsdepub

Clash des générations : la mémoire du geste du walkman

Une expérience intéressante a été menée en Angleterre en vue d’illustrer les comportements inhérents aux objets qui nous entourent. Consécutivement aux 30 ans du walkman, un journaliste anglais s’est amusé à confier pendant quelques jours un walkman à un adolescent habitué du iPod.

Les réactions générées par l’expérience ne manquent pas de piquant.

Pour commencer, le jeune a du mal à comprendre le système des 2 faces de la cassette. Ensuite, il exprime ses doutes quant à la qualité sonore des enregistrements magnétiques. Pour terminer, il s’étonne de la laideur de l’objet et des réactions produite par les passants dans la rue, ce qui donne un nouveau coup de marteau sur la caractéristique « accessoire de mode » du baladeur Apple.

Chaque objet produit ses propres utilisations, c’est une aspiration quasi universelle du design. De fait, le teenager réinvente la fonction shuffle en avançant ou rembobinant arbitrairement la cassette.

Cette interaction etait relativement prévisible, pourquoi?

La dématérialisation de la musique a induit un biais d’utilisation énorme dans la consommation et l’écoute de musique. L’album a quasiment disparu au profit d’une écoute « au morceau ». La musique ne s’apprécie plus comme un tout mais comme une somme de partis (donnant par là même du fil à retorde aux tenant de la holistique), ce qui réduit considérablement – dans certains cas uniquement – la portée de l’oeuvre.

Redécouvrira-t-on un jour des albums construits au sens opéra-rock du terme ? La génération zapping renoue-t-elle plus prosaïquement avec le sens premier de l’album qui était une compilation disparate d’inspirations et de ressentis?

Les remixs électro de plusieurs dizaines de minutes formatés en un unique mp3 en sont peut-être la réincarnation…

Source : PSFK

Les bons radins font les bons conseils

La marque de grande distribution britannique Sainsbury’s vient de trouver la parade pour alléger sa facture d’électricité. Des plaques cinétiques seront installées à l’entrée de ses stations services.

Une plaque cinétique?? Qu’est ce que c’est? Une sorte de dos d’âne en moins bossu, qui engrange de l’énergie lorsqu’une auto passe dessus. La pression exercée par le poids de la voiture produit de l’énergie qui est stockée puis réinjectée dans le circuit électrique du bâtiment. Malin.

Ce qui est vertigineux, c’est imaginer le milliard de débouchés pour cette invention. C’est EDF qui va bouder s’il ne commercialise pas les paillassons ou les planchers cinétiques qui permettent aux habitants de se fournir en électricité uniquement en marchant ou en se frottant les pieds…

Et un trackpad? Finis les problèmes de batterie dans les transports, les cliqueurs fous rechargeraient leur appareil en jouant ou surfant…

Source : PSFK

Pink light in England: sortez vos calculatrices

Voici une innovation aussi machiavélique que géniale. Afin d’éloigner les adolescents et autres zonards des endroits où ils ont l’habitude de trainer (hall d’immeuble, cages d’escalier, zones urbaines désaffectées…), nos voisins anglais ont trouvé une astuce bien plus tordue que notre timide tentative française de cage d’escalier délocalisée.

Les autorités britanniques vont ainsi installer des néons roses dans les endroits fréquentés par des populations non désirées. La particularité de ce dispositif : il fait ressortir les accidents de peau… Sans cibler de classe d’âge en particulier (il n’y a pas d’âge pour glander dehors), on imagine que les ados risquent de salement pâtir de cette initiative…

Je vous laisse en compagnie du journaliste de la BBC et de l’ingénieux commanditaire de cette technique :

Source : BBC