La déprimante inertie des agences médias vis-à-vis de la donnée

Personne ne vous le dira comme ça mais pour 90% des marques sur terre (aka. les lessiviers), la première source de donnée, c’est les investissements médias.

De fait, je reste halluciné par l’absence de clairvoyance des centrales d’achat à ce sujet, qui regardent passer les trains, en mâchant leurs GRP.

Côté annonceurs, les choses bougent bien plus vite (énième preuve de l’esprit de suivisme des agences) : marketing, média et digital (souvent même IT) font alliance pour tirer le meilleur de la publicité numérique et son corollaire data driven.

Dès lors, il n’est pas étonnant que les cabinets de conseil issus de l’univers de l’informatique convoitent ces nouveaux gisements. Capgemini rachèterait Publicis, Accenture WPP.

Des grenouilles voulant être plus grosses que les boeufs? Oui.

Mais surtout des grenouilles qui savent faire des mathématiques et industrialiser la collecte de la donnée. Pas des centrales d’achat.

Posséder les cartes c’est posséder le pouvoir

tordesillas

Les cartes sont un des témoignages les plus précieux de l’histoire de l’humanité.

Par devant les potentielles richesses qu’ils pouvaient rapporter de mondes inconnus, les grands explorateurs étaient chargés de cartographier leurs itinéraires. La carte constituait un atout inimaginable pour les souverains : réduire le risque des expéditions (tout en s’assurant un indéfectible soutien de la véritable puissance de l’époque : l’Eglise). Une situation en tout point similaire à celle des des startupers et capital-risqueurs actuels.

Les enchères dont font l’objet la division cartographie de Nokia montre l’importance inchangée des cartes.

D’abord parce qu’elle est une fonctionnalité clef de la mobilité (le marché le plus en développement au global, cf. deck infra).

Ensuite parce que les expertises cartographiques sont rares et nécessitent des investissements colossaux. Hormis les puissances publiques, seuls Nokia à la grande époque, Google ou Microsoft ont pu se constituer une cartographie de qualité. Même le géant Apple – pourtant richement doté – n’a pu produire un outil satisfaisant.

Finalement parce que la cartographie est gage de liberté. Celui de ne pas payer de taxe aux pionniers (cf. la manière dont Google ramasse vis-à-vis de l’usage de ses cartes), celui d’agir sans être épié.

Payer 4 milliards de dollars par une mappemonde aujourd’hui, c’est rouvrir la route des épices sans croiser un seul barbare.

The internet we don’t know yet

Fatima Al Qadiri is selling cater thru Instagram
Fatima Al Qadiri is selling cater thru Instagram

Yesterday, French fashion brand Comptoir des Cotonniers proudly announced a tactic to roll out 9000 new French showrooms in a single night, thru interactive billboards.

Even if most of us are sceptical, these initiatives should be at least considered for their ability to push out walls.

But, wait for it, compared to this, we’re far far far away.

This awesome deck from Yiibu showcases in 100 slides how cold feet we are regarding innovation, mobility, business and innovation.

In fact, it’s absolutely delightful to feel fresh air coming from the Far East. This is jugaad, design thinking, unpredictable and absolutely inspiring.