10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #296

1.A la manière du canular d’Orson Welles à la radio, la BBC a diffusé ce documentaire sur les cueilleurs de spaghettis en 1957 pour forcer les gens à développer leur esprit critique.

2. Elon Musk n’est à l’origine qu’un investisseur de Tesla. Il a rejoint la société an après sa création en 2003. Les fondateurs sont Martin Eberhard et Marc Tarpenning.

3. Les encorbellements ont été inventé pour contourner le fisc, qui calculait les impôts locaux sur la surface au sol des logements.

4. La Sega Master System continue à sortir des jeux au Brésil.

5. De l’encre de stylo issue de gaz d’échappement.

6. Le fond d’écran Android du LG G6 est une vraie photo.

7. Les vieilles méthodes anti-piratage utilisées par les jeux vidéo.

8. Les dealers mexicains envoient leur dope aux USA via des patators géants.

9. L’intégralité du chiffre d’affaire de Mitsubishi pèse 10% du PIB du Japon.

10. Historiquement, un métis est l’enfant d’une union indien-blanc ou asiatique-blanc. L’enfant d’une union noir-blanc est mulâtre.

La fragmentation profitera à ceux qui le décide : pourquoi les vieux médias ne veulent pas du nouvel argent?

Une industrie ne bouge que quand ses cadors décident de renverser la vapeur.

Ce fut le cas pour le VHS, le Blu-ray, le Wi-Fi et tout ce qui touche à la standardisation des technologies. C’est en train d’être décidé pour l’alimentation électrique sans fil. Cela ne fonctionne toujours pas entre les livres électroniques et les éditeurs, pour les énergies alternatives ou les remèdes à bas coûts pour les pays en développement.

Aujourd’hui dans les médias, les cadors freinent ostensiblement la consommation délinéarisée pour une raison idiote mais imparable : elles ne savent pas comment le valoriser. Tant que l’arbitrage entre vieil argent et nouvel argent ne serait pas passé à l’avantage du challenger, les choses ne bougeront pas.

On ne pourra pas acheter à l’écran en TNT, on ne pourra que parler GRP en digital, la catch-up ne sera disponible que 7 jours en ligne (alors que la pub pourrait continuer à tourner des années pendant des semaines et des semaines, s’adapter à l’actu…), les chaines ne développeront aucun contenu sur les 2e et 3e écrans…

De la même manière que les marques font montre de conservatisme en matière de ciblage, les médias (éditeurs, producteurs et distributeurs) sont d’une frilosité totale vis à vis des nouveaux modes de consommation des contenus.

Est-ce que la révolution viendra des usages? Peut-être. Mais elle ne sera jamais que marginale tant que les majors ne franchiront pas le cap.

Les médias traitent encore le web comme un concurrent.

Il leur appartient de décider de prendre des risques, l’innovation est un sujet politique.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #84

1. En 1957, l’émission Panorama de la BBC fit croire aux Anglais que les spaghettis poussaient sur des arbres. Merci Alexandre.

2. Kodak réalisait 80% de marge sur ses pellicules photo.

En 1985, Leo J. Thomas, directeur général adjoint de Kodak et directeur de sa recherche, déclarait au Wall Street Journal: “Il est très difficile de trouver quoi que ce soit dont la marge bénéficiaire soit comparable à celle de la photographie couleur… et qui soit légal.”

3. La trialectique, principe logique invitant à la complexité (voir l’excellente illustration du corps social page 7) :

4. Gérant 100 000 véhicules de livraison dans le monde, UPS économise prés de 200 000 litres d’essence par an depuis 2004 grâce à une astuce simple : le moins de virages à gauche possible. Ces derniers font perdre du temps aux chauffeurs (attente + attention).

5. Les cartes de crédit Visa ont commencé leur carrière par un envoi massif non-sollicité à 60 000 américains.

6. En japonais, Toyoda s’écrit en dix traits de pinceau, le nom de la marque a ainsi été changé en Toyota qui s’écrit en huit coups de pinceau, chiffre plus chanceux.

7. Les restaurants Subway vendent des subs ou submarine sandwiches.

8. La guerre civile espagnole a inspiré la création des M&M’s.

9. Le tissu utilisé par les Kleenex est né durant la première guerre mondiale, il remplaçait le coton dans les masques à gaz.

10. Jolis fails architecturaux : le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles par Franck Gehry projette des rayons brûlants sur les passants et le Citicorp Center de la banque américaine éponyme est beaucoup moins résistante que prévu aux intempéries.

Top Gear et son idée de génie

Top Gear est une émission de télévision britannique dédiée à l’automobile.

Animée par le charismatique Jeremy Clarkson, TG est un succès d’audience, notamment grâce à son invité fantôme vedette : The Stig.

Ce pilote/testeur de voiture a largement participé à booster la notoriété du programme grâce à une méthode simple et efficace : personne ne connait son identité.

Une stratégie télévisuelle moderne et maline. Un cas d’école de télévision 2.0.

Alors que la TV est un média de masse top-down autorisant peu le dialogue, internet est le média le plus apte à héberger des conversations. De fait, les milliers de fans de l’émission investissent les forums, page Wikipédia et autres groupes Facebook pour essayer de percer l’identité du Stig.

Mieux, la BBC joue le jeu : alors que les fans pensaient à un moment que le Stig était Michael Schumarer, la chaine a invité le champion à participer à une vraie/fausse émission révélation :

Top Gear ouvre la route à une nouvelle race de programmes TV disséminant savamment les sujets de conversations en surfant sur la rumeur, le story telling et le transmedia planning.

Parfait pour mobiliser une communauté de passionnés.

Est-ce que Téléfoot a pensé à engager un chroniqueur masqué?

Pink light in England: sortez vos calculatrices

Voici une innovation aussi machiavélique que géniale. Afin d’éloigner les adolescents et autres zonards des endroits où ils ont l’habitude de trainer (hall d’immeuble, cages d’escalier, zones urbaines désaffectées…), nos voisins anglais ont trouvé une astuce bien plus tordue que notre timide tentative française de cage d’escalier délocalisée.

Les autorités britanniques vont ainsi installer des néons roses dans les endroits fréquentés par des populations non désirées. La particularité de ce dispositif : il fait ressortir les accidents de peau… Sans cibler de classe d’âge en particulier (il n’y a pas d’âge pour glander dehors), on imagine que les ados risquent de salement pâtir de cette initiative…

Je vous laisse en compagnie du journaliste de la BBC et de l’ingénieux commanditaire de cette technique :

Source : BBC