Et s’il fallait traiter les bouclards comme des sites e-commerce?

On aime cette étude shopper qui recommande d’imaginer les magasins physiques comme des sites e-commerce.

Au-delà de la pertinence des informations proposées, cet exercice de décadrage permet de pointer des pratiques qui apparaissent désormais évidentes en e-commerce mais qui continue à exister offline : laisser entrer des gens sans leur proposer de l’aide ou de laisser un email, laisser les gens quitter un site sans tenter de les retenir…

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #280

1. Pour ne pas pénaliser les enfants pauvres, l’usine allemande d’Haribo échange un kilo de bonbons contre 10 kilos de marrons et glands.

2. Le glas est genré.

3. Avant que les horloges n’existent, on parlait du sens du soleil plutôt que du sens des aiguilles d’une montre.

4. Alfred Hitchcock a commencé comme directeur artistique dans une agence de pub londonienne.

5. Stella Artois a le logo le plus consistant dans le temps : 6 siècles.

6. Jacky Chan a inspiré Dragon Ball Z.

digital-native-parlow

7. John Perry Barlow – parolier des Grateful Dead reconverti en cyber activiste – a inventé le terme digital native (source It’s complicated de Danah Boyd).

justinus-kerner-inkblots

8. Au 19e siècle en Angleterre, sévit la mode des signatures fantômes, consistant à plier une feuille de papier sur de l’encre fraiche pour faire apparaitre des motifs étonnants.

9. Le mot télévision a été inventé pour une expérience donnée dans le cadre d’un congrès sur l’électricité durant l’exposition universelle de Paris en 1901.  A l’époque le terme était en concurrence avec « téléctroscope » et « téléphote ». Merci Eric

10. Le bouclard est historiquement une librairie dont le nom dérive des magasins de books anglais. Merci David Soussan