This is when adland talks about creativity that it sucks the most

130717_FOOD_WomanLaughingAloneWithSalad.jpg.CROP.article568-large

Sure advertising is a trend driven discipline. Because it has to tap into culture, people aspirations as well as hopes.

Sure advertising is a people driven discipline. Creativity ain’t not processed.  It’s all about sparkles and talents.

Problem is when trend are made by the same people toward the same unknown consumers – an aspirational target.

Then bullshit becomes uniform.

Please mad men, laugh again at old hats mocking stock pictures.

This is stock advertising. This sucks.

Bouygues Telecom – Devenez qui vous voulez

Smart – For

Mini – Hors Norme

Les geeks dirigent le monde : du besoin désespéré d’UX sur les marchés de commodité

Ce graphique tiré de The Invisible Computer de Donald Norman raconte l’importance de l’UX quand une technologie devient commodité (cf. notre veille de Né Kid d’il y a un an en bas de page).

Pour faire court : lorsqu’une techno de rupture est introduite, les gens se fichent généralement de l’agrément d’usage, l’accès prime. Une fois que cette technologie se démocratise (ce qui n’est pas toujours le cas), la bataille commerciale se joue sur l’UX, ie. l’agrément d’utilisation de l’appareil.

On connait tous mille exemples de cette courbe : le téléphone mobile, les FAI, les stations-service, l’automobile ou l’ordinateur personnel ont tous observé – à des rythmes différents – cette progression.

Toutefois, cette voie de fait n’est pas un modèle suivi à la lettre. Sur certains marchés de commodités, tandis que des acteurs continuent à s’en sortir avec honneur, leurs concurrents peinent. C’est l’histoire d’Audi/VW vs. Renault/PSA, Apple/Samsung vs. Nokia/HTC, Free vs. Orange/Bouygues Telecom/SFR…

Les marques qui s’en sortent le mieux sont généralement solides en matière d’UX. On parle de finition chez Audi, d’écosystème chez Apple, de low-cost chez Free.

De fait, non seulement l’UX explique – partiellement – la compétitivité des marques championnes mais également les maux des dernières de la classe.

L’urgence de prendre en compte l’UX sur des marchés matures dépasse de loin la seule catégorie des produits technologiques. Elle est le symbole de la prise en considération des attentes des gens, d’une approche bottom-up.

Les marques créent moins de comportements chez les gens que les gens en produisent avec les marques. La valeur vient d’en bas, pas d’en haut.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #93

1. La magie des pronoms, décisive en cas de drague.

2. Le parc Montsouris tient son nom de la quantité de rongeurs qui y tenaient conseil.

3. Les soupeurs, fétichistes des vespasiennes…

4. Les travestis ont leur saint patron.

5. YKK est bien une marque

6. La créativité des slogans de campagnes présidentielles US.

7. Faire ses lacets…

8. JK Rowling est la première écrivain milliardaire.

9. Le nez est un mystère : les premières découvertes de son fonctionnement datent des années 90.

10. L’affaire des lifetime passes d’American Airlines – équivalent US aérien des forfaits millénium Bouygues Télécom – devenue sujet d’enquête.