10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #153

1. Le digital ne représente que 3,3% de la circulation de la presse US, gratuite ou payante. Merci Olivier

2. L’effet Dunning-Kruger : moins on connait de chose, plus on croit en connaitre.

3. Les technologies numériques consomment 50% d’énergie en plus que l’ensemble du trafic aérien mondial.

4. Les fenêtres pop up de comparateurs de vols sont fake. Merci Olivier

5. La théorie de la fenêtre brisée : surveiller la petite délinquance risque de faire apparaitre des formes plus sophistiquées de criminalité. Merci Olivier

6. En 1995, on dit que Doom était le logiciel le plus installé au monde, devant Windows 95.

7. La « blancheur grecque » instrumentalisé pour justifier la suprématie des blancs (photo prise au Mucem) :

blancheur grecque

8. Du brand content stylé : Vilmorin by Dior (photo prise au musée Dior de Granville).

dior vilmorin granville

9. L’anglicité du nom K-Way est une pure invention. Merci Olivier

10. « L’insulte suprême ici ». Source : Le Parisien. Merci Matthieu, merci Coco

le parisien egypte

Le béhaviorisme est le degré zéro de la compréhension humaine : de la vision de l’invisible

enjoy-the-silence

Cette réflexion de Jonathan Ive sur les caractéristiques invisibles du design fait le jeu des poètes :

There are a lot of product attributes that don’t have sorts of measures. Product attributes that are more emotive and less tangible. But they’re really important. There’s a lot of stuff that’s really important that you can’t distill down to a number.

Passons outre la dimension émotionnelle de la perception d’un objet. Galvaudée et compliquée. Ce qui est intéressant ici, c’est la vision de l’invisible.

Personne d’autre que Ive n’est mieux placé pour mener ce genre de réflexion. Les produits Apple sont des exemples d’objets dont l’agrément dépasse l’entendement : harmonie des lignes, douceur du touché, formes pleines, couleurs douces.

En faisant en pas en arrière, l’invisible est le dénominateur commun du monde matériel.

Ce qui est visible est fruit du vide qui l’entoure. Le vide est notre moule. Le vide se mesure mal. Les premières découvertes scientifiques sur l’infiniment produirent un séisme ontologique.

Dans le dernier ouvrage de Thomas Jamet, Vincent Balusseau produit un chapitre d’anthologie sur l’ineptie des effets de champs au sujet de l’injonction à l’innovation des agences publicitaires et médias.

Cette réflexion sur l’invisible et l’intangible alimente le débat contre les thèses comportementalistes. Tout ne mesure pas. Nier cette évidence revient à nier le pouvoir du hors-champ en photographie ou en cinéma, nier l’érotisme de la lunette de soleil ou du maillot de bain. Pis, pour ceux qui ont fait un peu de théories de l’information, le béhaviorisme est le degré zéro de la compréhension humaine. Pavlov en est le meilleur représentant.

Chacun doit trouver son mode d’expression. Même en science, les méthodes expérimentales évoluent.

Tout ce qui se mesure n’est pas bon à être mesuré.

Comme dirait Claude Debussy : Music is the silence between the notes. Comme dirait Depeche Mode :

« Ce qui fait marcher les femmes » d’Eram illustre doublement la caducité du coeur de cible : par le message et le moyen

identite composite personnalité MOS

Derrière une exécution assez moyenne, ce court métrage passé un peu inaperçu défend quelques chères valeurs.

Ce qui fait marcher les femmes raconte que chacun possède son propre rapport aux objets. Des fétichistes, des collectionneurs, des fonctionnalistes, des indifférents. Pas une personne n’achète pour les mêmes raisons ni de la même manière.

Mieux, la même personne peut répondre de plusieurs typologies d’achat (cf. cette brillante campagne Monoprix il y a quelques années). Il ne s’agit donc pas de réfléchir en « coeur de cible » et en « comportements dominants » mais de mettre en scène la mosaïque complexe des raisons d’achat pour laisser les gens s’y reconnaître.

Si la thématique du rapport personnalisé et des usages a le vent en poupe depuis une dizaine d’années (sous l’égide du développement du CRM dans les 90’s notamment), laisser à disposition ce contenu online est d’une sagesse assez salutaire : la marque n’impose à personne de consommer son message, seuls les curieux ou les intéressés s’en régaleront.

C’est un peu le mythe fondateur de la pub en ligne (et a fortiori du brand content) : le top-down est terminé, place à l’exposition choisie, à l’ère de la conversation.

Si le niveau de ce film Eram est un peu inférieur à ce à quoi la marque nous a habitué (exécution un peu cheap et argument parfois sexistes, un comble), ce mash-up de Plus belle la vie et de West side story  ne manque pas de fraîcheur, ne serait-ce que parce qu’il ne court pas (que) après le ROI, un peu comme les femmes Eram finalement…

Le triomphe des littéraires : pourquoi la data devient smart grâce au texte

Le meme : une des milles nouvelles écritures née ces dernières années

Pas un jour ne passe sans qu’on nous rabatte les oreilles avec la big data et le nouveau paradigme du tout mesurable. On se quantifie, on travaille son personal ROI, on manage sa maison à distance… Selon les termes des ingénieurs, tout devient smart.

Ce triomphe apparent de la science dissimule avec peine un retour en grâce de la littérature. La data ne naît pas smart, elle le devient, grâce au texte.

Primo, nous lisons chaque jour un peu plus, sous des formes de plus en plus variées : livres, e-books, bd, mangas, magazines, SMS, blogs, réseaux sociaux… N’en déplaise aux totalitaristes et autres obsédés du mono-format : l’écriture n’a jamais été aussi vivante.

Cette multiplication des formats porte en son corolaire une évolution des modalités d’écriture : syntaxes, formats, grammaires et figures s’adaptent petit à petit à leurs nouveaux chez-soi, pour le plus grand plaisir des rédacteurs et des lecteurs. Aucun secteur ne passe à côté de cette aubaine littéraire : les livres et les comics s’adaptent au cinéma, le cinéma se décline en jeux vidéo, le jeu vidéo génère des jeux de plateaux, le jeux de plateaux des jeux télévisés, des jeux télévisés des magazines, les magazines des blogs… Tout le monde inspire tout le monde, c’est l’état de grâce.

Dans les métiers de la communication, si le slogan a perdu de sa superbe, la pub se fait désormais contenu de marque et redonne ses lettres de noblesse au texte : dans des romans, au cinéma, à la télé ou sur des points de vente. On nous propose des expériences, on nous donne des recettes, on nous raconte les histoires des marques, on nous fait lire des manifestos, les codes se multiplient, on gère des communautés en ligne, le jargon vit un âge d’or, une auto-régulation se met en place…

Tout est texte, tout est langage.

Vive l’écriture !

MàJ : un point de vue sur les algorithmes.

A l’aube d’une nouvelle révolution industrielle, les marques devraient plus que jamais se considérer comme des voyages plutôt que des destinations

Suite à la note d’hier sur les industriels qui se rendent compte que la différenciation est une mythologie en perdition (plus de détail ici, ici ou ), il y a matière à interroger la notion de statut.

Si ce dernier existe depuis la nuit de temps, les révolutions industrielles ont systématiquement bouleversé sa définition. Avoir l’électricité ou l’eau courante fut statutaire à une époque, tout comme rouler en automobile ou prendre l’avion.

Comme l’explique Olivier dans ce commentaire, plus la technologie avance et plus il est difficile de créer de la valeur ajoutée dans la fabrication (pays à faible coût de main d’oeuvre, imprimantes 3D…). Les marques ne peuvent plus se contenter de vendre des objets mais des expériences (où l’on retrouve une excellente illustration de l’hypothèse médiologique selon lequel les idées influent les outils comme les outils influent les idées, cf. le digital…). On passe de l’avoir à l’être.

On peut ainsi raisonnablement décréter officiellement l’obsolescence du statut et invoquer la sagesse taoïste selon laquelle l’important est le voyage, pas la destination. Si le statut est mort, les marques ne devraient plus se considérer comme des destinations mais comme des voyages. Elles doivent être des leviers (/ des ingrédients) au service d’autre chose : l’expression personnelle, la cohésion sociale, la sauvegarde de la planète, peu importe.

N’importe qui peut rouler en Mercedes ou posséder un sac Vuitton. Tout le monde ne peut/ ne veut s’engager pour une cause quelconque, apprécier la qualité d’une publication ou jouir d’une invitation spéciale dans un musée.

Cette prééminence du money can’t buy sur la performance industrielle laisse entrevoir un âge d’or pour les métiers du marketing et de la communication.