La plupart des théories socio-économiques qui sous-tendent l’algorithmie sont obsolètes

Cathy O’Neil est une mathématicienne américaine qui vient de sortir un bouquin qui a fait un peu de bruit : Weapons of math destruction.

Elle y décrit les dangers d’un monde basé sur des algorithmes conçus par des types qui n’ont aucune vision d’ensemble.

Pour la faire simple, un des postulats systématiques des gens qui programment les algorithmes (aka. des ingénieurs), c’est que tout le monde raisonne de manière logique et optimale dans une situation donnée.

Inutile d’aller plus loin dans cette démonstration d’ores et déjà absurde des postulats obsolètes sur lesquelles nos vies algorithmisées sont basées.

Voici une petite conférence plus détaillée des points de vue de Cathy :

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #274

Hey salut NLQ fait sa rentrée. Merci pour votre patience et votre fidélité.

1. Les boutons des chemises féminines ne sont pas placés du même côté que les chemises masculines. Historiquement, on aidait les femmes à s’habiller. Les hommes non. Merci Victor

2. Le PHpower of hydrogen – a été inventé par Carlsberg pour mesurer l’acidité de sa bière.

3. Le thé ne porte pas le même nom selon qu’il soit arrivé par les routes terrestres (le mot commencera alors par -ch : chaï dans les pays asiatiques où il est arrivé par les vieilles routes de commerce) ou alors par les voies maritimes (le mot commence alors par -te : thé en Europe essentiellement).

4. Les producteurs de musique mixent désormais pour les casques et écouteurs tant ce mode d’écoute est devenu majoritaire.

5. Dans le Royaume-Uni du 18e siècle, il était styley d’avoir un ermite dans son jardin, qui se baladait, habillé en druide.

6. Le tsundoku est un terme japonais qui désigne l’habitude d’acheter trop de livres, les empiler et ne jamais les lire.

7. Les romans d’amour pèsent 4% des ventes physiques mais 45% des ventes digitales. Merci Olivier

8. Pourquoi l’iPhone continue à proposer un snooze de 9 minutes de base. Merci Edouard

9. Walt Disney était à deux doigts d’ouvrir le dark kingdom, un parc d’attraction consacré aux méchants.

10. Les raisons troubles de l’existence du kimono bleu.