La pertinence par l’impertinence : une théorie biologique de l’efficacité publicitaire

Croisé hier dans l’internet : la théorie dite du signalement coûteuxindirectement née de Charles Darwin durant la rédaction de son oeuvre sur l’évolution, en observant un paon :

« The sight of a feather in a peacock’s tail, whenever I gaze at it, makes me sick ».

Le paon a une queue extraordinairement sophistiquée. Le paon passe un temps fou à construire de gigantesques nids. Le paon c’est le caillou dans la chaussure de la théorie de l’évolution. Darwin ne comprend pas pourquoi ce con de paon est doté d’attributs incompatibles avec sa vision. Le paon aurait dû abandonner ses atours d’apparats pour survivre. Quelque chose cloche.

C’est alors qu’Amotz Zahavi – un chercheur israélien – développe la théorie du signalement coûteux. Les manies précieuses du paon ont pour but d’indiquer aux prédateurs que si elles existent malgré la théorie de l’évolution, c’est qu’il doit être sacrément malin pour se payer le luxe de survivre.

Quelques années plus tard, l’économiste John Kay note un phénomène apparenté dans la publicité :

« The advertiser has either persuaded lots or people to buy his product already, a good sign, or has persuaded someone to lend him lots of money to finance the campaign »

La publicité fonctionnerait donc car son existence indique que l’annonceur a les moyens de le faire, donc que le produit doit être bon d’une manière ou d’une autre.

Difficile de ne pas faire de cette théorie un débat mais allons-y c’est vendredi.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #314

Avant toute chose : merci à Olivier d’avoir géré la rédaction de NLQ pendant les 15 derniers jours.

1.Selon l’OCDE, 14% des adultes sont computer literate.

2. Au tennis, les hommes et les femmes ne jouent pas avec les mêmes balles.

3. La magie de l’haptonomie. Merci François

4. Dans la Russie communiste, les biens de consommation publicisés inspiraient des doutes :

Under communism, anything that was worthwhile or desirable was generally in short supply. Consumers inferred that the only possible reason that the government might be promoting something was that they’d accidentally managed to produce something of such unremitting crappiness that people weren’t willing to queue for it. Advertising in that context told you what not to buy.

Merci Greg

5. Les crypto-monnaies consomment 0,1% de l’électricité mondiale, soit plus que des pays comme l’Islande ou la Syrie.

6. Les premiers essais nucléaires américains furent révélés au grand public lorsque des traces inhabituelles apparurent sur les pellicules de nombreux clients Kodak.

7. La plupart des codes PIN sont composés de 4 chiffres car la femme de l’inventeur des distributeurs de billets avait mauvaise mémoire.

8. La première version de the sound of silence fut un tel échec que Simon et Garfunkel se séparèrent après l’enregistrement. C’est leur producteur qui prit la liberté de remixer une version qui connut le succès et conduit le duo à se reformer.

9. La chaise de bureau à roulettes a été inventée par Charles Darwin et popularisée par Bismarck.

10. Le premier « Quand est-ce qu’on arrive? » de la route des vacances des Français est dit au bout de 44 minutes.

Le syndrome des îles Galapagos : be right or be president

C’est une petite théorie comme il en existe tant, la poésie en plus.

Le syndrome des îles Galapagos désigne l’évolution isolée : d’une espèce animale (les célèbres tortues géantes), des humains (cf. les hobbits de l’île de Florès), d’une culture ou d’un produit.

Elaborée par Charles Darwin lors d’un voyage d’études au milieu du 19e siècle, le syndrome est une des briques qui mènera le scientifique à sa théorie de l’évolution.

En plus d’un sujet de conversation amusant, il offre une clef de lecture intéressante sur les problématiques d’innovation. Fréquemment convoqué pour décrire la crise du secteur automobile US dans les 00’s ou les téléphones mobiles japonais, le syndrome illustre un principe élémentaire : pas de succès sans usage (où une forme de loi de Metcalfe élargie).

Si cela paraître évident, on observe quantités de flops de produits ou de services qui ne sont pas pensés pour le plus grand nombre. Les appareils Archos sont sans doute formidables, au détail près que personne ne sait les utiliser. Ce n’est pas la peine de chercher à trouver la martingale dans son coin, le plus important est d’apporter une réponse aux gens.

On comprend dès lors la vogue des méthodes de travail itératives (Agile, Lean, etc.), économes en temps et plus modestes face à leur capacité d’adoption par les gens.