Si notre définition du luxe est dépendante des médias de masse, comment le luxe va résister à la fragmentation des médias de masse?

On parlait de la théorie de la consommation ostentatoire pas plus tard que lundi et voici qu’une idée neuve jaillit, à la lecture de Blink, revue interne de Mediacom.

Selon Joerg Blumtritt (auteur de la note), la consommation ostentatoire est le fruit du modèle mass media. Lorsque tout le monde est exposé aux mêmes images, les références sont communes et universelles. Aussi, lorsqu’on possède un objet, une immense quantité de personne connait la marque en question. D’où naît le besoin de se singulariser, se hiérarchiser, dans un environnement où chacun comprend ce que vous achetez. C’est de cette situation que naît le cool (cf. veille en pied de page), consacrant le non advenu dans les médias de masse.

Demain, le développement des filter bubbles et d’un internet taillé sur mesure va ébranler l’hégémonie mass media au profit d’un équilibre entre messages universels et personnalisés.

En diminuant les références communes, la définition du luxe sera bouleversée, un peu à la manière de la culture et des genres, très dépendante des médias de masse, comme l’explique Johanna Blakley :

* La veille de Né Kid sur le cool :

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #103

1.  85% des résultats affichés par Google lors d’une recherche shopping serait publicitaire (attention, lien manquant de précision).

2. 6 héritiers Wal-Mart détiennent autant de richesses que les 42% des Américains les plus pauvres.

3. Les nazis ont pensé tuer Churchill à l’aide d’une tablette de chocolat explosive.

4. Les Stella awards récompensent chaque année les procès américains les plus absurdes.

5. La consommation ostentatoire, théorisée en 1899 par Thorstein Veblen (connu pour sa théorie du snobisme).

6. Afin de lutter contre la contrefaçon, les dollars américains sont imprimés dans une matière composée à 75% de coton.

7. L’histoire des parkies, communauté née dans le Central Park des années 70, au carrefour de mille influences :

8. Un point de contact de plus en plus préempté : la page d’erreur 404 (cf. le joli cas récent des Rolling Stones).

9. “Lucky people increase their odds of chance encounters or experiences by interacting with a large number of people.”

10. 111,111,111 x 111,111,111 = 12,345,678,987,654,321