10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #307

1.Croiser les jambes lorsqu’on est assis est mauvais pour le dos.

2. Le micro dosing : prendre des drogues en petite quantité pour avoir un petit effet.

3. « Perdre son âme pour un plat de lentilles » et « qui va à la chasse perd sa place » descendent de la même histoire dans la Bible : Esaü et Jacob.

4. La poitrine de Lara Croft a d’abord été une erreur de développeur, avant d’être applaudi par le marketing.

5. Cette scène de Spiderman 3 a coûté 100 millions de dollars. C’est la plus chère de l’histoire.

6. Il y a plus d’effets spéciaux dans The social network que dans Godzilla.

7. David Droga a nommé son agence à partir du nom que sa mère cousait dans ses étiquettes de vêtements : Droga5 (David étant le 5e d’une fratrie de 6). Merci Benoit

8. Plus de la moitié des millenials américains disposent d’une adresse poubelle pour recevoir des promotions ou s’inscrire à des newsletters.

9. Plutôt que de signer un chèque aux restos du coeur américains, Toyota a offert du temps d’ingénieurs pour optimiser la file d’attente, de 90 à 18 minutes en moyenne.

10. Comme de nombreuses chaines de magasins, le premier revenu de McDonalds n’est pas l’alimentation mais les loyers de ses franchisés.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #254

1.La raison pour laquelle Jesse Eisenberg parle si vite dans The Social Network : Aaron Sorkin devait faire un film de deux heures sans faire de compromis sur un scénario qui en durait trois. Merci Vincent

2. Selon le Talmud, un suspect condamné à l’unanimité par les juges devrait être acquitté. L’accord à l’unanimité trahissait une erreur dans la procédure judiciaire : une erreur était à craindre quand quelque chose semblait trop beau pour être vrai. Merci Grégoire

3. Pour la première fois de l’histoire, en 2016, les disques anciens (ayant plus de 18 mois) ont réalisé plus de vente que ceux sortis récemment.

grece antique dessins enfants

4. Et on se demande pourquoi les Grecs ont cette réputation un peu obscène qui leur colle à la peau. Merci Luc

5. Le Vauvert = le val-vert. Ancêtre du jardin du Luxembourg rendu célèbre Robert le Pieux qui y construit un château au 11e siècle, abandonné au 13e. Squatté par des brigands, les gens en ont peur et imaginent que la résidence est habitée par le diable vauvert.

goig steady time magazine

6. Dans les années 50 aux USA, les prêtres et la société voyaient d’un mauvaise oeil les jeunes qui se mettaient en couple trop tôt (d’où l’expression going steady), craignant des relations sexuelles précoces. Ils les encourageaient donc à entretenir des tas de relations différentes, ancêtres du date.

7. Acrasie = terme grec qualifiant le fait d’agir à l’encontre de son meilleur jugement.

8. The Quatermass Experiment est la première série adulte de science-fiction de l’histoire de la TV anglaise. A l’époque transmise en live, il n’existait aucune autre technique que de filmer une TV diffusant le film, d’où la présence de mouches à l’image.

766px-Victory_huddle

9. Le fait de prendre une minute pour caler une tactique dans les sports collectifs en formant un cercle les bras sur les épaules (le huddle) vient d’un éducateur qui trouva cette astuce pour que des sportifs sourds puissent se coordonner. La technique fut reprise par les entendants rapidement.

10. Selon des estimations objectivement fantaisistes, nous passerons 3,5 jours de notre vie à démêler des fils d’écouteurs.

Publicité vaudou

Un joli cas de sérendipité explique cette note. En cherchant des exemples de films publicitaires illustrant la capacité des amateurs à se dépasser autant que les professionnels (cf. post de la semaine passée), je tombe sur ce vieux spot Nike.

Nous sommes en plein dans les 90’s, la pub globale connait son âge d’or. Les méga-marques pensent des messages mondiaux, sans trop se soucier des particularités locales. A l’époque, le glocal n’était pas encore en vogue. La maxime “think global, act local” était l’apanage de quelques altermondialistes utopistes.

Un détail ne vous a pas échappé. Ce film n’utilise pas de copy écrite ou parlée (ie. un argumentaire) mais des pictogrammes.

De prime abord, on pense à un clin d’oeil à la bande-son, Instant karma de John Lennon. Concept hindouiste, le karma présuppose l’existence de vies antérieures et ultérieures. Son pouvoir d’évocation mystique légitime parfaitement l’utilisation de  ces signes quasi tribaux.

Par ailleurs, on remarque que les pictogrammes soutiennent une double fonction : langage et émotion. Leur dessin créé le sens littéral (un homme = une personne, 2 hommes = tout le monde) et la connexion opérée entre les signes et la chanson participent à la dimension émotionnelle de cette création (qui n’est pas sans rappeler ce type d’évocation visuelle).

En outre, les dessins (qui nous rappelleraient presque les fresques préhistoriques) injectent à la marque un côté mystique (pensons à l’affiche du film Zodiac de David Fincher), venu d’un autre âge, comme pour raconter l’état de transe dans lequel les sportifs se trouvent durant l’effort.

A mon sens, ce film illustre parfaitement les aspirations oecuméniques d’une marque comme Nike il y a quelques années. Puissance des images conjuguée aux signes primitifs militent pour une publicité retraçant l’histoire de l’humanité.

A l’époque où la pub suffisait à insuffler une vision de marque, ce film a du faire son petit effet.