L’avenir inquiétant des directions de la communication

Historiquement, la communication a toujours eu un peu de mal à s’imposer dans les organisations. Les années 80-90 ont imposé ce métier suite à des scandales ayant écorné la confiance des citoyens vis à vis des entreprises (Enron x Arthur Andersen, Nike et les sweatshops, etc.).

Néanmoins, la communication n’a jamais véritablement réussi à opérer sa fusion nécessaire avec le marketing. Parfois la com est devenu responsable de l’intégralité des communications d’une entreprise (pub, corporate, retail…) mais plus souvent, le marketing conserve sa suprématie grâce à la pub (générateur du gros des dépenses en communication), reléguant la communication à des opérations périphériques (communication corporate, interne, RH, financière…).

Désormais, le marketing est en train de fusionner avec le digital, qui a lui même (parfois) déjà fusionné avec le département IT.

Où va finir la direction de la communication? Au même niveau voire sous le digital/IT, relégué au rang de compétence tactique.

La disparition de la communication est-il le signe que tous les métiers ont assimilé cette compétence ? Signale-t-elle son manque de dimension stratégique au sein de l’organisation?

Difficile à dire.

Quoi qu’il en soit, les dircoms ont intérêt à s’activer s’ils veulent rester dans les comités de direction.