Démystifier la confusion sur la chaleur des médias et de l’information

télévision achats consommation publicité incitation manipulation séduction

Petit article nerd à méditer.

Il y a un quiproquo sur la compréhension des médias chauds et des médias froids selon Marshall McLuhan.

Comprendre les médias explique qu’un média chaud et un média qui engage : il ne sollicite qu’un sens et demande une forme de participation pour comprendre un signal. C’est la radio, le livre ou la voix. Un média froid convoque plusieurs sens, il demande moins d’attention participative pour décoder un message. C’est la TV ou le cinéma. D’où les accusations d’aliénation de la TV (cf illustration).

Ce qu’on appelle de l’information froide ou chaude n’a rien à voir avec la température des médias mcluhanienne.

Info chaude = récente. Info froide = non récente.

En somme :

  • Un média froid peut diffuser l’information chaude. C’est la guerre en Irak sur CNN.
  • Un média froid peut diffuser de l’information froide. C’est le documentaire au cinéma ou la reconstitution historique à la TV.
  • Un média chaud peut diffuser de l’information chaude. C’est le scoop dans la presse ou sur Twitter.
  • Un média chaud peut diffuser de l’information froide. C’est le livre d’histoire ou la biographie radiophonique.

Facebook au cinéma?

Facebook n’a pas encore confirmé l’information mais les studios Sony auraient engagé Aaron Sorkin pour l’écriture d’un scénario cinématographique sur le succès fulgurent de Facebook.

Prototype du genre, ce film 2.0 donnera peut-être le coup d’envoi d’une longue série de métrages réalisés à la gloire des entreprises successfull. Jusqu’ici, seul Fedex avait ouvertement joué le jeu dans Seul au Monde. Le product placement se développe – trop – doucement, pourquoi ne pas carrément brûler les étapes et se payer une petite hagiographie bien sentie ? Pour les antipubs plus réticents, on préférera un film documentaire

Source : Brand Republic

Pour le plaisir, un hommage parodique à la fin du film de Cast Away :