Meerkat : joli cas de low latency campaign

Croisé par hasard sur le No Man’s Blog, la communication du site internet Compare the Market fait figure de cas d’école en matière de campagne low latency.

Continue reading “Meerkat : joli cas de low latency campaign”

Donnes-nous notre buzz quotidien : amen !

Les faux lancements qui annoncent un vrai produit, c’est un best-seller qui marche depuis toujours. Souvenons-nous par exemple des affiches Voyages-SNCF pour Transatlantys, le tunnel transatlantique ou le film Fast-huître pour le sucre :

L’éditeur de jeux vidéo Prayer Works vient de remettre le couvert de belle manière. Mass we Pray est un faux site qui fait la promotion d’un jeu vidéo catholique. Tout est bien pensé : le site, les manettes en formes de crucifix, les modes de jeu, la vidéo explicative… On se laisserait presque avoir.

En cliquant sur n’importe quelle fenêtre, on tombe sur une page qui annonce un autre jeu, beaucoup moins catholique (du moins si on se conforme à l’identité visuelle de la page). Après avoir rentré sa date de naissance – façon site pour les alcooliers – on visualise un trailer à l’ambiance darkos…

Jusqu’ici, rien de fou. La qualité de cette opération réside dans ses détails. Par exemple, la société Prayer Works n’est pas pas enregistrée au registre du commerce US… Numerama a sa théorie sur la question et pense que ce site est une pique adressée à l’arrivée de la Bible sur Xbox (gasp!)

The Escapist y voit de son côté une campagne pour la sortie du jeu Dante’s Inferno…

L’avenir nous livrera la réponse. En tout cas, il y a de la conversation en ligne, les gens s’interrogent. C’est tout ce qu’on peut attendre de ce genre de stratégie… Comme quoi, il est encore possible de lancer des buzz efficaces…

Il est également amusant de noter le rapport d’amour/haine entre les américains et la religion. Malgré leur implication dans l’église (40% croient en la Création par Dieu en 8 jours), ils réussissent à s’en moquer (cf. campagne PETA) alors qu’en France, république laïque, on fait des scandales pour quelques annonces pourries…

Les jeux vidéos dans la vraie vie

Il y a quelques mois, Electronic Arts répond de très belle manière à un bug de ses jeux de golf, décrié par ses consommateurs. EA sort un film où Tiger Woods marche sur l’eau (cette idée prend un brutal coup de vieux compte-tenu de l’actualité…)

En Allemagne, on assiste depuis quelques semaines à une forme de réaction analogue. Face à la fronde des associations de familles contre les jeux vidéo violents, un collectif d’artistes s’amuse à détourner des affiches dans la rue. Le procédé consiste à coller l’interface du jeu Doom (un jeu de tir en vue subjective) sur des panneaux publicitaires.

Outre la modernité très 00’s du détournement publicitaire, il est amusant de constater comment les jeux vidéos s’invitent dans la vraie vie.

Une fois passée barrière de l’adoption du jeu (parfois aidée par une campagne de Familles de France), on voit apparaitre du vocabulaire (cf. langages vernaculaires des jeux en ligne par exemple), des communautés physiques (cf. Zombie parade ou soirées Wow dans des bars), des t-shirts reprenant des gimmicks visuels (logo atari, système de vies) puis des éléments de sens réutilisés.

La référence est pointue mais le message passe bien, on imagine assez facilement que les médias ont joué le rôle de vulgarisateur auprès des publics non-initiés.

Quelle sera la prochaine étape? Une mention game over à la fin des films? Des débats politiques dans Wow? Une guilde se présentant aux élections?

Plus d’images ici.

Via : Fluctuat et Ufunk