Petit restaurant pour gros consommateurs

Dans le food, la tendance est à l’allégement. Lancés dans les années 80, les produits light on envahit les linéaires de nos supermarchés. Depuis quelques années, on allège les produit à outrance, faisant fi des promotions et pourcentage offert au profit d’articles sans sel, sans graisse transfat, sans cholestérol… C’est très vrai en Europe, un peu moins aux Etats-Unis, patrie historique du fast-food.

Le documentaire Supersize Me a bien tenté de jeté un burger dans la marre, certaines municipalités ont même initié des programmes d’amaigrissement général afin de lutter contre les problématiques de santé publique liées à l’obésité… En vain.

La gourmandise et la culture du more de l’oncle Sam triomphe en cette année de crise à travers une formule de restaurants défiant les lois de la santé : Heart Attack Grill.

Le principe de ces restaus est très simple : tout y est vendu en quantités gargantuesques, le tout arrosé d’une sauce cynique. Les serveuses sont pulpeuses et déguisées en infirmières, les sandwiches énormes, les frites sont disponible à volonté et clou du spectacle : les clients dont le poids dépasse 175 kilos sont invités gratuitement…

090914_heart-attack-grill

Un lien dédié à deux fantasmes prégnants : la nourriture et la sexualité. Fantasmes qui ne sont finalement rien d’autre que 2 des éléments les plus indispensables à la survie de l’homme, ce qui devrait cautionner le succès de ces endroits…

Une façon un peu trash de rappeler que la nourriture, contrairement à ce que les nutritionnistes veulent essayer de nous faire gober, c’est avant tout du plaisir, pas de la médication.

Cette vidéo détaille le concept :

Merci à Chloé pour le lien.

Source : Easyfood

Mythologie : le vendeur de voitures

car_seller

Le vendeur de voiture incarne le stéréotype de du magouilleur, toujours prêt à saisir une occasion pour vous refourguer un tacot bringuebalant à prix d’or. Il suffit de voir les images sur lesquelles on tombe dans les banques d’images. On obtient presque autant de représentations “clichés” que de photos “en situation”, tout le monde en a une vision assez précise : costume mal coupé, chemise ouverte et air crapuleux…

Les concessions automobiles ont du lutter longtemps pour essayer d’effacer cette image. Sans mauvais jeu de mots, la route est encore longue…

Une des figures emblématiques, presque fondatrice de l’image du vendeur de voiture est Cal Worthington, un ricain un peu fou qui a inondé les réseaux câblés de la côte Est des Etats-Unis entre les années 60 et 90 avec des spots publicitaires tous plus loufoques les uns que les autres, reflet d’une époque où la stratégie publicitaire gagnante oscillait entre bourrin, bourrage de crâne et propagande.

Cal est apparu dans de nombreux shows télévisés et même au cinéma où il jouait son propre rôle. Il est un des seuls hommes à avoir incarné durant plusieurs décennies avec autant de ténacité la profession de vendeur de voitures. Résultat, la figure du métier semble lui être du et on assimile systématiquement sa profession à cet individu débonnaire et gentiment magouilleur.

Des vidéos :

Des posters et des photos :

Le type ne reculait devant rien pour faire parler de lui et capitaliser sur son nom et sa célèbre signature, qui nous martèle cerveau Go see Cal.

Ce reportage issu de l’excellente série des Strip-tease, donne un coup de marteau supplémentaire sur le meme du vendeur de voitures :

Difficile de sortir du stéréotype… Connaissez-vous d’autres vendeurs célèbres?

Merci à Alex pour les infos sur Cal

Voir le site officiel de Cal

Connaissez-vous la B2ologie?

Booba est un MC des Hauts-de-Seine. Booba est relativement connu depuis le milieu des années 90. Il appartenait au groupe Lunatic. On leur doit l’excellent LP Mauvais Oeil, émanation primitive d’un gangsta rap finement hardcore à la française.

Le bonhomme fait cavalier seul depuis plusieurs années maintenant. Il a remporté quelques francs succès grâce à ses disques solos.

Provocateur, Booba n’hésite pas à donner une photographie très crue de la vie contemporaine en France. Un regard polarisé entre des femmes mamans ou putains – quel digne hommage à Eustache –  des camarades de jeu voyous ou lâches, une police viciée jusqu’à l’os, une philosophie d’ensemble très marche ou crève… Un rapport au monde aussi noir que blanc, sans demi-mesure, typiquement adolescent, passionné.

Les lyrics enflammés de Booba inspirent à certains des élans spirituels. C’est le cas de Luc, un ancien employé de la CAF d’Essonne qui a décidé de partir aux Etats-Unis répandre le prêche du rappeur français.

Je vous laisse découvrir les reportages :

Pour le big-up, Seul le crime paie, des Lunatic :

Noblesse Oblige

La découverte du jour, c’est une marque américaine d’…abayas – plus communément appelées à tort bourcas. Où mode rime avec tradition. Au-delà des clichés sexistes et discriminatoires en vogue en France, la marque américaine Noblesse Oblige propose une collection d’abayas toutes plus originales et luxueusement ornées les unes que les autres.

Duchesse, Esmeralda oblige, Papillon Fairouz ou encore Signiora and Signiorita : l’utilisation de la langue française est ravissante, synonyme de prestige et de distinction, le tout saupoudré d’une bonne dose de kitsch.

Notre rayonnement perdu outre-Atlantique était donc une simple provocation… De là à imaginer que les dames musulmanes revêtent leurs abayas pour se rêver Madame de Pompadour… Insight or not insight?

Bonus : le petit morceau qui va bien