Le dernier SODA report donne un coup d’avance aux agences par rapport aux cabinets de conseil

Le dernier article de Faris fait état de l’ouverture à la compétition du marché publicitaire. Nous sommes désormais concurrents des cabinets de conseil (dont les méthodes ne manquent pas de nous déplaire), des pure-players, des régies publicitaires, de boites de production, des agences internalisées …

Et pourtant, une perspective heureuse émerge de ce capharnaüm : le dernier rapport Soda donne aux agences un coup d’avance sur leur capacité à accompagner les annonceurs dans ces nouveaux enjeux stratégiques :

soda report

C’est une petite victoire. Arrêtons toutefois de perdre du terrain.

Les plus courageux prendront le temps d’éplucher le rapport complet :

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #233

1. Historiquement, les dudes étaient des dandys de la fin du 19e siècle aux USA.

2. La marque de sportswear Under Armour tient son nom d’une succession de hasards bizarres. Merci Fabidoux

3. The Coca-Cola Company fut propriétaire des studios Columbia Pictures et derrière quelques cartons des années 80 : The Karate Kid, Ghostbuster, Stand by Me… La convergence, déjà…

4. Entre 1903 et 1939, l’espérance de vie d’un vainqueur du tour de France était supérieure à la moyenne nationale de 14 ans. Après la guerre, elle est devenue inférieure de 17 ans.

5. La video vixen, aka la « mégère des clips ».

6. L’odeur des Crayola vient de la graisse de boeuf.

7. David Gilmour et la SNCF.

8. Les costumiers des théâtres et opéras utilisent de la vodka pour désodoriser les tenues des acteurs. Merci Nathalie

9. Nos yeux rouges en sortant de la piscine ne sont pas dus au chlore mais à l’urine.

10. Les fabricants de téléphone investissent plus dans la R&D photo que les marques spécialisées telles que Canon, Nikon ou Fuji. Apple seul emploie 450 ingénieurs pour améliorer l’appareil photo de l’iPhone.

Data privacy is unearthing advertising tricks, to the great benefit of consumers

Everything has already been said about whether or not banners are still an effective medium.

Though what should be taken out of this report is the natural transparency whose newspapers such as The Economist talk about advertising tricks.

Not only do people notice – most of the time with bad surprises – brand tactics but marketing is becoming more and more familiar knowledge.

This example is also stunning, marketing consultant as a pop culture reference.

Beyond every debate regarding advertising efficiency – the tiniest amount of ROI will always trump the non-existent cost of serving impressions – here is another brick in the ever-growing mature consumer wall.

Consumers will probably teach us lessons one day.

Wait they already do.

With new expressions, hacks, demands, innovations.

What’s the point to work anymore? Curate their ideas? Push boring ones? Match propositions with fertile grounds?

Parlez-vous canaux? De l’arrivée tardive mais nécessaire du communications planning en agence de pub

Télévision - Paysage - Nature - Gravats - Dehors 2

L’arrivée de Julian Cole au Comms Planning chez BBH donne l’occasion d’aborder le sujet des compétences channels en agence de pub.

Outre le talent des nakedites qu’on retrouve dans à peu près tout ce que le monde compte d’agences intéressantes, le besoin de penser messages et moyens de manière synchronisée – ce qu’on appelle communications planning – est plus que jamais indispensable.

D’abord parce que tout le monde pense déjà comme ça. Ceux qui se plaisent à pourfendre les silos savent que les entreprises ne sont pas organisées en miroir de la manière dont l’humain réfléchit. Dans la vie, tu ne penses pas dans un premier temps à un mijoté de viande, puis à un plat conifère. Tu te dis juste que tu aimerais manger des tajines, contenu et contenant vont de pair.

Ensuite parce qu’un gisement évident de productivité gît dans la réconciliation de ces deux métiers séparés par les lois cruelles du consulting. Le temps perdu à gérer les incompréhensions et les guéguerres entre agences disqualifient les économies d’échelles réalisées par les centrales d’achat (et ce n’est pas près de s’arrêter).

Enfin parce qu’une large partie du dogme publicitaire repose sur la différenciation et les talents outsiders (voir la jolie note de Neasa Cunniffe sur le sujet). Se doter de compétences neuves, c’est faire entrer un loup dans la bergerie de la conformité et des vieilles habitudes.

***

Si 70% des prix médias à Cannes (et dans la plupart des festivals) sont raflés par des agences de pub, on constate également que ces mêmes agences raflent des prix tout-court. Sans tirer de conclusions sur les incidences positives de la ré-intégration des compétences channel (ou le manque de communication des agences médias), les quelques cas les plus créatifs et intéressants de ces 10 dernières années sont parfaitement intégrés (Bing Decoded, Old Spice, Obama for America…) ie. résolvent des problèmes avec des idées de communication média neutre et évolutive dans le temps.

Les agences qui sauront réintégrer les canaux – au mieux – ou s’entendre avec les agences médias – au pire – détiennent les clefs de la croissance des années à venir.