CB News n’a pas l’air d’être contre le harcèlement sexuel en agence

porc anonyme frederic roy

Voici la capture d’écran de l’article – au cas où s’il devait être retiré – ce qui ne semble pas être le projet de la rédaction.

Je n’ai jamais été un gros lecteur de CB News, ni même de Stratégies. Je suis néanmoins abonné à leur fil RSS qui ne dévoile que le quart sans valeur ajoutée de l’information publiée dans l’édition papier.

De fait, l’éditorial publié hier n’est sans doute pas représentatif de la qualité globale de CB News. Néanmoins, c’est le mot hebdomadaire du rédacteur en chef Frédéric Roy qui est censé donner le la d’une édition.

Celui-ci relate la réception d’une lettre anonyme à la rédaction de CB News, d’une personne se plaignant d’être victime d’agression sexuelle. L’accusatrice dévoile le nom de l’agence dans laquelle le porc sévit, sans donner le nom du porc à proprement parler.

Il y a bien quelques petites précautions d’usage pour qualifier cet acte : notamment le courage ou la possibilité de l’auteur de ne pas prendre la parole sous couvert d’anonymat.

Mais tout le reste, aka. 98% de la forme et 100% du propos est à dégueuler. C’est peut-être une coquetterie générationnelle mais j’ai grand peine à imaginer que dans le contexte actuel, on puisse encore ignorer l’impasse morale dans laquelle plonge les victimes de harcèlement. On sait la souffrance, on sait la honte, on sait le discrédit qui est jeté sur ces victimes. On comprend dès lors que l’anonymat s’impose, à défaut de résoudre tous les problèmes.

La justice doit s’en emparer ? Dans la plupart des cas, les policiers accusent les victimes d’avoir aguiché.

Bref, qui que soit cette victime, on ne devrait pas dissuader mais encourager ce genre d’initiative. C’est la première étape vers des dénonciations non anonymes. Mais surtout vers la fin du machisme honteux en entreprise.