I got a feeling : ce que nous apprennent les Black Eyes Peas

Incroyable ce nouveau clip des BEP. Léché, beat universel, paroles sophistiquées. On va  se remuer le boule sur ce mondo-tube tout l’été, à coup sûr. Outre ses qualités intrinsèques, cette vidéo est une petite pépite contemporaine, un témoignage unique et riche sur notre époque.

Qu’est ce qu’on lit à travers ces 5 minutes de bonheur pur?

  • Le placement produit a de beaux jours devant lui. Nokia et Asus s’en donnent d’ailleurs à coeur joie. On voit apparaitre le dernier né de la marque scandinave au tout début du clip, puis un netbook de la marque coréenne quelques secondes (2’52)
  • Autotune, le plus ringard des logiciels branchés, n’a pas encore été lâché par les producteurs, malgré toute la peine que se donne l’hypocrite Jay-Z (ça ne m’étonnerait pas qu’il soit de près ou de loin derrière les BEP).
  • En 2009, la récession impose un train de vie modeste, on est en pleine mode du Do it Yourself : on fait la teuf à la maison (Adidas ou la série britannique Skins ne sont pas innocent dans ce regain d’intérêt pour les salons parentaux), on prépare soi-même ses cookies (4’23) ; sans pour autant être chiant. On peut encore s’asperger d’alcool. La Kronenbourg a juste remplacé le Roederer.
  • En 2009, on est OUVERT : on festoie entre gens de toutes les couleurs – façon Mickeal Jackson dans les années 90 – on ne rejette pas les freaks – on se déguise comme les Misfits (3’01), Busta Rhymes ou le Mr Jack de Tim Burton – et on se roule des pelles entre meufs. Sarah Palin l’homophobe a démissionné et même Darkplanneur en parle, c’est dire si les gays sont tendances. Cerise sur le gâteau, on case des Mazeltovs à droite à gauche, histoire de surjouer encore un peu plus l’oecuménisme (vers une résolution du conflit israelo-palestinien?) de la pop musique.
  • Mais d’où provient toute cette belle énergie? Du nouveau président bien sûr, pour qui Will.I.Am, un des chanteurs du groupe, a bossé, travaillant par là même sa notoriété. Le drapeau américain circulaire en arrière-plan ne vous rappelle rien? Pas même le logo de la campagne de Barack?
  • La Production rajeunit, elle a baigné dans les mêmes influences kitsch et mémétiques que nous…  Vous ne connaissiez pas encore Hooked on a feeling?
  • L’avenir sera radieux et va changer, la preuve, The End est écrit en lettres de lumières… Le futur ne sera pas dark, mais lightfull.

Ouf ! Grâce à BEP, on en a appris des choses. Au fait, c’est quoi leur chanson déjà?

Dis moi ce que tu twit’, je te dirais qui tu gay

Une idée rigolote mise en place quelques semaines avant la gay pride de Stockholm. Un site vous invite à déterminer votre coefficient d’hétérosexualité en fonction des mots que vous utilisez dans vos twit.

Pour mieux comprendre le principe, le plus simple reste encore de passer le test.

090722_stockholmpride

Via : homosemiotikus

Standardisation musicale : le phénomène Golden Throat

Roger Troutman était un musicien américain, connu pour avoir grandement influencé le hip-hop west coast – dans un premier temps – puis une grande partie des productions musicales grand public.

Musicien électronique précurseur, il est un des premiers à avoir couplé sa voix à des effets numériques. Le résultat est délicieusement robotique, il baptisa son appareil le Golden Throat.

Troutman est devenu mondialement célèbre pour avoir prêté sa voix au refrain du tube California Love de Dr Dre et Tupac :

On retrouve également la trace de la Golden Throat chez BlackStreet ou T-Pain.

Au-delà de la performance, Roger a posé les bases du phénomène Autotune, un logiciel de production audiovisuel visant à harmoniser les arrangements vocaux. Tous les tubes des années 90 à nos jours doivent quelque chose à Autotune et RT. Cette uniformisation va de pair avec la philosophie capitalistique de l’époque : le think global. Le nec plus ultra de la dernière décennie était de produire un tube formaté, appréciable aux 4 coins de la planète.

L’imaginaire chaotique véhiculé par un monde standardisé et Orwellien est d’ailleurs exploité par l’esthétique du clip de Tupac à travers un clin d’oeil adressé à l’univers post-apocalyptique de Mad Max.

Pour le plaisir, on finit sur une petite performance de Roger enregistrée dans les studios Nova :

Pour aller plus loin, l’article Wikipédia dédié ou un article du Time sur le phénomène Autotune.

Bonus : un titre de Kanye West très très autotuné…