Les hôtesses et babes appréciées des fabricants de hi-tech visent-elles à recruter des seniors ?

Histoire d’en rajouter une louche en matière de lutte contre le sexisme, difficile de ne pas être frappé par l’image de la femme véhiculée dans la plupart des communications hi-tech (dont voici un triste florilège).

Non seulement l’argument gender ne tient pas (aujourd’hui la majorité des produits technologiques sont utilisés de manière mixte), mais les marques auraient dû faire leur mea culpa depuis longtemps : le hi-tech est une passion masculine par le simple jeu du machisme. Le métier d’ingénieur est pratiqué par les hommes pour des raisons culturelles, certainement pas physiologiques, encore moins intellectuelle. Le hi-tech sexiste est l’héritage d’une époque où les hommes construisaient le monde pendant que leurs épouses élevaient leurs enfants (et faisaient leur lessive grâce à Procter qui s’inscrit dans cette digne lignée).

De la même manière un peu honteuse que les fabricants automobiles racolent dans les salons avec des femmes à moitié nues (une autre manière d’assumer leur adoption des codes tuning), les constructeurs de hi-tech ne manquent pas une occasion de présenter leurs nouveaux produits à grand renfort de poitrines et de yeux de biches :

L’image renvoyée au public est étonnante. Outre les vertus maternantes (certains anthropologues comparent le téléphone mobile à un cordon ombilical) ou sensuelles des appareils (d’autres chercheurs font le pari de l’apparition de téléphones dont les textures évoqueraient  la peau), c’est juste dégradant, pour les marques comme pour leurs publics. Un peu de courage messieurs.

C’est l’intelligence du film Renault Twizzy : une femme audacieuse, un geek trophée sexuel. Une auto comme la Twizzy se devait de renverser les codes en parlant à une génération pour qui les stéréotypes évoqués plus haut datés n’évoquent rien.

A moins que le hi-tech ne fasse les yeux doux aux seniors (d’une manière qu’Apple)?

Qu’en pensez-vous?

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #86

1. La nuit de 8h est une pratique récente. Jusqu’au 18e siècle, on dormait en 2 fois : une première nuit de 22h à minuit et une seconde de 3h à 6h.

2. Les boissons à la caféine observent un taux de fidélité légèrement supérieur. Source Byron Sharp.

3. Keo est un projet de l’UNESCO visant à envoyer un satellite porteur de messages qui redescendra sur terre dans 50 000 ans.

4. Bloomberg interdit l’usage de mais et cependant à ses journalistes afin de ne pas créer de sentiment contradictoires chez ses lecteurs.

5. Le brogrammer ou geek cool.

6. L’affichage britannique de soutien à la population durant la 2nde guerre mondiale n’a jamais été vue par la population pendant la guerre. Merci Jocelyn.

7. Farmville est une pâle copie d’HappyFarm, un jeu online chinois. Merci Olivier.

8. Google reçoit plus d’un million de CV par an. Merci Alexandre.

9. Charles Dickens remplissait ses bibliothèques de faux livres aux titres fantaisistes :

  • History of a Short Chancery Suit
  • Catalogue of Statues of the Duke of Wellington
  • Five Minutes in China. 3 vols.
  • Forty Winks at the Pyramids. 2 vols.
  • Abernethy on the Constitution. 2 vols.
  • Mr. Green’s Overland Mail. 2 vols.
  • Captain Cook’s Life of Savage. 2 vols.
  • A Carpenter’s Bench of Bishops. 2 vols.
  • Toot’s Universal Letter-Writer. 2 vols.
  • Orson’s Art of Etiquette.
  • Downeaster’s Complete Calculator.
  • History of the Middling Ages. 6 vols.
  • Jonah’s Account of the Whale.
  • Captain Parry’s Virtues of Cold Tar.
  • Kant’s Ancient Humbugs. 10 vols.

10. AT&T opta pour des numéros de téléphone composés de 7 chiffres parce que nous ne serions pas capables de retenir plus 7 informations à la fois.

Quand les développeurs tripent entre eux…

On s’en rappelle tous avec émotions : quelle joie nous ressentions lorsque les revues spécialisées divulguaient les codes secrets des jeux vidéo. Ces combinaisons de touches invraisemblables permettaient de tricher en toute impunité et profiter des jeux en profondeur.

Sans réussir à le prouver, je pense que l’apparition des cheating codes faisaient partie de la stratégie des éditeurs de jeux. Ils participaient à la notoriété et au plaisir ressenti de certains opus, parfois trop difficiles ou quasi impossible à exploiter dans leur intégralité.

Mon ami Alex m’expliquait que seul 20% des joueurs avancent vraiment dans les jeux, les autres restent souvent bloqués au début (cela ne pose pas nécessairement problème, un jeu comme GTA se jouent autant au premier niveau que dans les niveaux avancés…). Un code permet simplement de débloquer une situation, continuer à jouer et éventuellement devenir fidèle à une sage (GTA, Fifa, Final Fantasy…)

Au passage, je serais curieux de tomber sur une étude démontrant l’impact des vies dans les jeux vidéo. Elles ont vraisemblablement contribué à angoisser les joueurs vis-à-vis de la mort > « si je peux mourir et ressusciter ad lib dans un monde virtuel, notre impossibilité à « gagner des vies » et à les dépenser dans la vraie vie dramatise profondément mon rapport à la faucheuse ». Mais c’est un autre débat…

La mythologie des codes a la dent dure. Certains développeurs et nerds continuent à les faire vivre à travers des petits secrets intégrés aux programmes, aux sites web ou aux jeux vidéo.

On trouve par exemple le Konami Code sur certains sites (essayez au moins celui-ci grâce à la page WP ci-avant qui donne une liste des sites dotés de cette fonction).

Il existe en outre des easter eggs sur certains sites. « L’oeuf de Pâques » s’inscrit dans la même lignée que la Konami Code (à quelques nuances près). Il débloque des bonus ou des fonctions cachées.

Exemple dans Doom :

Exemple dans Excel (oui oui!) :

Que nous apprennent les Konami Codes ou Easter Eggs? Que lorsque les gens/clients ont l’occasion de creuser un lien avec un produit ou un service via une petite manip réservée aux fans, l’interaction devient magique.

On devrait évidemment y penser plus souvent pour les marques, qui réussissent dans les meilleurs cas à dialoguer, parfois créer des expériences, rarement faire participer les gens.

L’agence Goodbye Silverstein and Partners y a pensé. Le dernier opus de la fabuleuse campagne américaine Got Milk? est totalement fou.

Visant à valoriser le lait auprès des jeunes, l’agence a eu la bonne idée d’intégrer un Konami Code à sa campagne : il offre un mini jeu rigolo. L’intérêt n’est pas dans le jeu en lui même mais dans la relation que le syndicat du lait US créé avec ses clients.

Offrir l’opportunité de découvrir quelque chose est formidable, presque mystique.

Quelle marque vous a fait découvrir quelque chose récemment?

Le sel dans les céréales ne compte pas…

La clinique de la souris noire

Vous passez plus de 9h par jour devant un écran (télévision, ordinateur, iPhone…)? Vos yeux vous piquent et vous empêchent de lire correctement les sous-titres de Big Bang Theory en streaming ? Vos canaux carpiens se bloquent inopinément ? Vous avez le vertige au bout de quelques heures passées à la campagne sans connexion?

Pas de panique, la clinique pour geeks est là. Pour 200 dollars la consultation ou 15 000 la rehab totale de 45 jours, Re-Start, le premier centre de désintoxication informatique américain, vous propose de retrouver une vie normale. Basé sur le programme des 12 étapes des alcooliques anonymes, on vous apprendra à vous nourrir, vous coucher à des heures raisonnables, avoir des occupations de monsieur-tout-le-monde, penser à sa famille…

Pour consulter les symptômes, c’est par ici. Parmi les trucs marrants : prise de poids non contrôlée, agressivité, mensonge…

Pour remplir le quizz de pré-recrutement, c’est par .

Le site ne dit pas si cette pathologie est remboursée par la sécurité sociale, même si Barack veut la réformer.

TP : ces personnes doivent-elles se rendre chez Re-Start?

Breaking news : Warcraft au cinéma !

Les nerds en salivent d’impatience ! Après l’annonce de l’adaptation de Facebook au cinéma, c’est le célèbre jeu de stratégie développé par le studio Blizzard qui devrait faire l’objet d’une adaptation sur grand écran.

Preuve supplémentaire de la montée en puissance de l’industrie du jeu vidéo sur le marché de l’entertainment.

NB : Le jeu vidéo GTA a été le bien culturel le plus vendu au monde en 2008.

Pour les fraggles qui n’ont jamais entendu parler de WoW, voici un trailer du jeu vidéo qui rassemble chaque jours plusieurs millions de nerd cotisant 15 euros par mois pour se casser la gueule online:

MàJ : pour les enfants ou les mini nerds, le journal du net vient d’annoncer le lancement du Monde de Boaki, un petit jeu à la World of Warcraft dédié aux 5-12 ans. Ahh, les plaisirs du geeking en famille…

MàJ2 : c’est Sam Raimi, le réalisateur de la série des Spiderman, qui shootera le film Warcraft.

Source : JDG