Mythologie : le garage

Le garage désigne étymologiquement l’action de ranger un véhicule dans une gare. L’expression “voie de garage” lui rend hommage : elle est la métaphore d’une situation condamnant à l’immobilité.

Dès lors, comment expliquer les mythologies créatives – très américaines – gravitant autour des garages ?

Historiquement, le garage nous raconte l’histoire de l’urbanisation du 20e siècle et de la société de consommation : l’american way of life fait rentrer dans la légende le pavillon de banlieue, synonyme d’indépendance, de jardin, de confort, de propriété.

Ce mode d’habitation s’est développé parallèlement à la démocratisation de l’automobile (THE transport individualisé). Parce que la nouvelle bourgeoisie habite dans les suburbs (en distinction des centre-villes populaires) grâce à l’auto, elle doit de doter d’un lieu où la ranger. Initialement indépendant de la maison, le garage va progressivement se coller à l’habitation afin de symboliser le lien qui unit les gens à leur voiture.

Au fur et à mesure, on intègre le garage aux maisons. On ajoute une pièce au-dessus du garage. On la loue pour rembourser son crédit, on l’utilise comme grenier où on la prête aux enfants pour les familiariser à l’indépendance.

Le garage devient un lieu à part, une alternative entre le foyer parental et le monde extérieur, une annexe de l’autorité : le sanctuaire de la voiture, outil d’ouverture sur le monde extérieur.

Pas étonnant dès lors que le garage soit autant lié au changement, à la transformation, il est le catalyseur entre l’ordre et le progrès. D’où le nombre fou de mythologies – savamment storytellées – de créations d’entreprises révolutionnaires ayant vu le jour dans un garage : informatique (Apple, Microsoft, HP…), ingéniérie

Le garage, c’est la déclinaison moderne de l’atelier ou de la dépendance au fond du jardin où tout se créé, façon Géo Trouvetou, Léonard ou Oncles fameux bricoleurs :

Mon oncle un fameux bricoleur faisait en amateur
Des bombes atomiques
Sans avoir jamais rien appris c’était un vrai génie
Question travaux pratiques
Il s’enfermait toute la journée au fond de son atelier
Pour faire des expériences
Et le soir il rentrait chez nous et nous mettait en transe
En nous racontant tout…
Boris Vian, La java des bombes atomiques

On croise également le mythe du garage au cinéma : Doc de Retour vers le futur y invente sa machine, Kevin Spacey dans American Beauty s’y reforge une nouvelle jeunesse et découvre l’homosexualité…

Mon oncle un fameux bricoleur faisait en amateur
Des bombes atomiques
Sans avoir jamais rien appris c’était un vrai génie
Question travaux pratiques
Il s’enfermait toute la journée au fond de son atelier
Pour faire des expériences
Et le soir il rentrait chez nous et nous mettait en transe
En nous racontant tout

Le garage, c’est un lieu de transgression : on y fait les premières boums (cf. Sophie Marceau ou Franck Dubosc), on y fait les sottises propres à l’adolescence, on y hurle des refrains pré-punks… Un style musical baptisé Garage Rock, caractérisé par un son sale, enregistré en amateur.

Ce style d’enregistrement subsiste encore de nos jours : le logiciel Garage Band symbolise à lui seul les premiers enregistrements maison.

En bref, le garage témoigne de l’évolution de la société et des cultures adolescentes, il cristallise les alternatives et les idéaux jeunes, il est le lieu de transit vers le monde extérieur…

Tout un programme… Avez-vous d’autres images du garage en tête?

Quelques innovations : musique, lunettes et dentifrice…

Comment aborder plusieurs sujets qui n’ont aucun point commun sinon leurs caractéristiques innovantes? Voici un court panorama des inventions récentes ou moins récentes qui changeront peut-être le monde.

1) L’ampli spécial MP3

Le développement du MP3 a démocratisé l’accès à la musique. Pirates et adeptes du gratuits s’en donnent à coeur joie. Le revers de la médaille : la qualité de la compression – même quand elle est bonne – n’égale pas les CD pour une raison simple. Nos enceintes sont pourries.

Cet ampli à tube convertit nos mp3 en fichiers FLAC – format non compressé – pour nous offrir une expérience sonique chanmé. Ca donne furieusement envie de l’essayer… (Merci Dvice)

2) Les lunettes qui permettent de se mettre dans la peau des vieux

090923_lunettes_old-people

Les marketeurs, jamais avares d’inventions tarées pour comprendre les gens ont inventé les lunettes 3D de vieux. une fois posées sur votre nez, elles permettent de se mettre dans la peau d’un papy. Le but avoué de cette invention est de comprendre comment le troisième âge se comporte dans les linéaires de supermarché… Eh oui, le papy-boom est en marche… Explications :

3) La boîte de nuit autonome


Sans verser dans la promo gracieuse, l’initiative soutenue par EDF mérite d’être mentionnée. Loin d’être le pionnier du genre, le patron de club Michel Smit a le mérite de faire savoir qu’il a équipé la piste de son dancing de capteurs qui récupère l’énergie produite par les pas de danses. Les watts récoltés permettent de faire tourner la boule à facettes. Trop cool. Voir la vidéo ici.

4) Le dentifrice somnifère

090923_pearly-dreams-toothpaste

Last but not least, ce dentifrice porte peut-être en germe le futur du marketing de la dent propre. Pourquoi? Le marché du dentifrice n’est pas encore segmenté par moments de brossage. Pourquoi ne pas inventer un dentifrice du matin et de la soirée? Les produits cosmétiques (crème de jour et de nuit) ont bien réussi, pourquoi pas la pâte à dent. De fait, la recette ce dentifrice Pearly Dreams de nuit est dotée d’une petite dose de somnifère, de quoi faire de beaux rêves très vite.

Et dire que les agences se plaignent de tous les beaux projets qui sommeillent dans les cartons… On ne pourra pas dire que certains ne tentent pas leur chance… Ca vous inspire?

En avant la démocratie

Vous avez un message vraiment, mais alors vraiment très important à faire passer. Vous n’avez vraiment, mais alors vraiment aucun rond…

Le tandem Géo Trouvetou / Internet a encore frappé : Saysme.tv. L’idée est bougrement simple : faire du slot-filling de dernière minute via une plateforme alimentée par les messages vidéos de ses membres.

L’expérience n’est évidemment disponible que sur les petites chaînes câblées mais devraient satisfaire les politiciens et bavards les plus fauchés d’entre vous désireux de se programmer leur quart d’heure de minute de célébrité dans les lucarnes yankee.

Encore trop jeune pour offrir son lot d’anecdotes croustillantes, on peut parier les yeux fermés que cette initiative verra fleurir de jolis exercices de styles télévisuels. Qui a dit source d’inspiration ? Tais-toi et mate !

Source : NY Times