Le skeuomorphisme : raccourci sémiotique vintage

Déniché par Sébastien il y a quelques jours, le concept de skeuomorphisme (du grec skeuos – l’outil et morphe – la forme) est passionnant.

Il désigne la forme d’un objet nouveau empruntée à un objet ancien.

Une image vaut 1000 mots, aussi, les exemples sont innombrables : pensez aux corbeilles sur nos bureaux d’ordinateur, aux boutons sur les sites web, aux enjoliveurs d’auto à rayons, aux icones de la plupart des programmes informatiques (l’e-mail ou les dossiers), les effets vintage appliqués aux photos d’Instagram ou d’Hipstamatic…

Une quantité incroyable d’objets réels ou virtuels doivent leur design à des artefacts anciens et identifiés.

Cela illustre parfaitement le fameux effet de diligence, postulant que les usages de chaque nouvelle technologie commencent toujours pas s’inspirer de celle qu’elle remplace : les wagons de train étaient dessinés en forme de diligence, la photographie a commencé par imiter la peinture, la télévision filmait des pièces de théâtre…

C’est un des critères de reconnaissance des génies : ils appartiennent à la caste de ceux qui dépassent l’effet de diligence pour développer des usages propres à une technologie : Méliés au cinéma, Loewy est les locomotives, Apple et le multitouch…

A quoi sert le skeuomorphisme? A régler une problématique d’affordance. Afin de signifier le plus efficacement leur fonction ou leur nature, les nouveaux objets gagnent à emprunter des formes familières. C’est un raccourci.

C’est pour cette raison qu’arrivé à un certain point, certains designers s’agacent du skeuomorphisme omniprésent sur le web ou dans les UX (voir cette courte vidéo) :

MàJ : Merci pour cet article Sylvain

MàJ : quelques exemples ici.

Power to the people : le cinéma se décide du côté des spectateurs

Le cinéma connait un nouvel âge d’or, dont le centre de gravité bouge petit à petit depuis les studios vers les spectateurs.

Autrefois, le modèle de production est de distribution était totalement verrouillé et contrôlé. Un producteur, un distributeur, un exploitant. Point barre. Les temps changent, voici une petite revue des initiatives bouleversant l’industrie :

Continue reading “Power to the people : le cinéma se décide du côté des spectateurs”