La goal dilution theory nous rappelle à l’évidence de parler moins mais mieux

La mention faite à la goal dilution theory par Rory Sutherland dans ce talk* est bonne à garder sous le coude.

Ce modèle montre que lorsqu’un comportement est motivé par plusieurs objectifs (ex : faire du sport pour a/perdre du poids, b/être en bonne santé, c/arrêter de fumer, d/se sentir mieux dans sa peau…), il est moins efficient que lorsqu’il est motivé par un seule objectif (ex : faire du sport pour perdre du poids).

Par plus efficient, on entend être choisi par les gens à qui on suggère de faire du sport.

De quoi se convaincre d’être plus synthétique dans ses discours commerciaux (sans pour autant nier la richesse des arguments par type de public ou contexte de communication) ou managériaux…

*