Et si le premier levier d’innovation était la critique?

Avant tout chose, abonnez-vous d’urgence à ce blog – dernier reliquat de l’excellent internetactu – qui pige de bons articles sur l’innovation.

Celui dont on se parle ce matin est né de la plume de Roberto Verganti. Il produit une critique des méthodes d’innovation classiques.

Selon lui les brainstormings traditionnels sont trop ouverts et génèrent des tonnes d’idées out of the blue dont on ne sait finalement pas quoi faire. Rien ne fonctionne mieux que de disséquer les méthodes existantes et de chercher à les améliorer, à la japonaise. En outre cette approche critique valorise les salariés et leur capacité à améliorer leur méthode de travail.

Bref, plutôt que de payer des consultants une fortune qui viennent vous expliquer qu’il faut devenir digital et mobile first, faites confiance à vos équipes et à leur capacité d’innovation lean efficace et opérationnelle.

L’économie de l’attention ne doit dissimuler l’importance toujours croissante de donner du sens à vos contenus

télévision médias abetissement contenu bétise manipulation le lay TF1

La Harvard Business Review est une allégorie vivante du pouvoir de la marque. Si Harvard ne figurait pas dans son titre, on la considérerait comme un support de seconde zone, ce qu’elle est.

Cet article d’Umair Haque lève toutefois un point intéressant : le besoin de rendre les gens curieux, pas débiles.

Faire cliquer les gens c’est facile. Vous prenez une marque, vous produisez un contenu improbable et c’est parti :

Dans le meilleur des cas, partager ce contenu aura une « valeur sociale », ce qui va vous permettre de générer des impressions gratuitement. Dans la majeure partie des cas, les gens sont arrivés sur votre contenu, se rendent compte qu’ils ont été clickbaité, et sont déçus.

Dès la prochaine tentative, ils se tourneront vers votre concurrent, sans vergogne.

L’économie de l’attention ne doit certainement pas empêcher de créer du sens. Bien au contraire. Elle impose de donner du sens à l’océan de contenu de mauvaise qualité qui circule.

10 things I didn’t know last week #186

1. Scientists Turn Tequila into Diamonds.

2. Sailors used to wear earrings in order to pay for funerals if they died in foreign countries.

3. Hurricanes with a female name are often more deadly than their male counter-storms because people don’t take them as seriously.

4. 20 years ago, Harvard Business Review described the systematic use of insight about customers as « customer intimacy », urging a move from customer understanding into the more emotionally charged world of active friendships between brand and buyer.

5. The 1994 Germany soccer team teamed up with The Village People to produce their supporter’s anthem:

6. Falconers are hired during Roland-Garros to chase pigeons. Thanks Arthur

7. Having no friends has the same effect on life expectancy as smoking 15 cigarettes every day.

8. The tree mile limit for international waters was created as this was the maximum distance a cannon ball could travel from the shore.

9. Why Airplanes Still Have Ashtrays in the Bathrooms? Because last time a dude smoked in secret during a flight, he didn’t know where to throw away the butt. 123 died. Thanks  Thomas

10. Delete tourists from your travel photos:

put out tourist photo

A quand des marques université en France?

Est-ce la tradition jésuite ou l’exception culturelle française qui nous brident ? La manière dont les universités américaines gèrent leur marque est futée.

Certes, la situation en France est spéciale, on y observe un fort clivage culturel entre l’Université publique et les écoles privées. Toutefois, on peine à dépasser les tentatives de transferts de compétences pour les premières, les lipdubs pour les secondes…

Lire la suite « A quand des marques université en France? »