10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #259

1.Ces portes que tu ne sais jamais s’il faut les pousser ou les tirer, ce sot des portes Norman.

2. Un mockbuster, c’est un mauvais film qui ressemble fortement à un bon film. Qui sort en même temps pour surfer sur la vague des ventes. Merci Olivier

3. Le blazer tire son nom de l’équipe d’aviron de Cambridge qui portait casaque rouge.

4. Amazon est responsable de 24% de la croissance de toute la distribution américaine

5. Le yuccie succède au hipster. Sa différence : il fait du yoga, aime les légumes et “cherche du sens”.

6. Toutes les noms des nuances de l’arc en ciel.

7. Le caddie de supermarché doit son existence au développement des produits surgelés (qui firent immensément augmenter le poids des paniers moyens).

8. Le chleuasmeun procédé rhétorique consistant à se déprécier soi-même par fausse modestie pour tenter de mieux convaincre ou pour recevoir des éloges.

9. La secte des assassins des Thugs mise en scène dans Indiana Jones et le temple maudit a vraiment existé, elle n’arrachait juste pas les coeurs.

10. Le coffre Disney est la technique officielle utilisée par le studio pour mettre en vente chacun de ses films durant un laps de temps limité afin de permettre aux générations à venir de le redécouvrir.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #243

1. Un lycéen utilise en moyenne entre 800 et 1 600 mots à l’oral. L’outil utilisé pour quantifier le niveau de vocabulaire est l’échelle Dubois-Buyse. Merci Sarah

2. #métaphores

3. Des trucs de photographes pour jouer avec la lumière.

4. Le transfert à grande échelle (autre exemple ici).

5. Le jour du déménagement dans la ville de New-York : tous les 1er mai jusqu’en 1945, tous les loyers étaient revisités simultanément, causant un énorme déménagement dans la ville. Merci Benjamin

3032206-inline-xray5

6. Les hipsters soviétiques – les stilyagipirataient les disques vinyles de rock avec des rayons x. Merci Florent

7. Le bushcraft alpin : du scoutisme poussé très loin (Julien, cf video supra, teste canifs et hâchettes, pour vous, façon bloggueuse mode).

8. D’abord sournois et rusé, chafouin signifie – dans l’usage courant – désormais triste. Merci Mia

9. Les mots bleus de Christophe ont été écrits par Jean-Michel Jarre.

10. Un hôtel pour les membres du congrès américain en cas d’attaque nucléaire : le projet Greek Island. Merci Florent

Tiens le hipster, ça c’est du média postmoderne

La radio est un canal dont l’audience bouge peu dans l’absolu (95% de pénétration à l’année dans la plupart des pays développés) mais pas mal en temps passé par rapport à d’autres loisirs. Sur les jeunes (encore eux), la radio a du mal à conserver qu’elle eut longtemps vis à vis du web et du mobile.

D’où cette idée dingue. Qui redonne un rôle hyper astucieux à la radio, exploite l’affichage des postes de radio – on a ici à faire à l’exploitation du touchpoint le plus hipster de la décennie – et ouvre la porte à un de nouveaux revenus pour les radios et les majors. Bref, c’est malin et on aime bien.

Le cas Movember illustre à merveille deux phénomènes publicitaires : le changement de comportement planifié et le défaut d’attribution

Movember fait partie des mouvements que tout le monde aurait aimé avoir initié.

Ce mot-valise composé des termes moustache et november désigne une initiative internationale – devenue ONG – invitant les hommes du monde entier à se laisser pousser la moustache au mois de novembre en vue de sensibiliser leur entourage à des problématiques masculines de santé.

La légende dit qu’une bande de potes australiens aurait eu l’idée en 1999. Peu importe. La pureté du concept vaut le détour :

  • Intelligence référentielle : employer la moustache comme emblème de la masculinité est malin. On ne peut pas plaire à tout le monde et ce symbole de pilosité a de quoi dérouter la génération métrosexuelle. Néanmoins, le retour discret mais sûr de la moustache depuis plusieurs années sur les visages (subissant une accélération portée par les hipsters) ou en guise de logo n’est peut-être pas étranger à Movember.
  • Intelligence iconique : la moustache a cette qualité d’être impossible à dissimuler. Mieux, sa désuétude est source d’ostentation chez les quelques 1,1 millions de mo bros qui ont rallié le mouvement.
  • Intelligence sociale : l’échange de photos en ligne a été multiplié par 10 en 10 ans. Le fun et le décalage sont devenus une monnaie d’échange. Impact visuel + réseaux sociaux = gros potentiel viral.

La mécanique pour générer du don est en revanche très décevante. Un site web, un log Paypal. C’est tout. Cette défaillance est symptomatique. La finalité de Movember est éclipsée par la puissance de son concept. Problème d’attribution typique.

Faire porter une moustache un mois remplit avec brio les 3 éléments d’une bonne tactique de changement de comportement (attitudes, normes et croyances). Dommage que ces efforts ne soient pas employés pour générer du cash…

Détente : Unhappy hipsters

Réputés pour être aussi branchés que blasés, voici une série de photos consacrée à la désinvolture des hipsters.