10 films bien écrits

Ca devient une saga.

1. Playstation – double life. Un insight démocratique qui n’a pas changé depuis des années. Jolie représentation de joueurs différents : âges, sexes, centres d’intérêt.

2. Lego – let’s build. Une bonne copie de Noël peu originale mais bon casting.

3. Honda – hate. Objectif : faire changer d’attitude sur le diesel. Saviez-vous qu’on retient plus facilement un message lorsqu’il est chanté et rimé? Une technique qui nous vient de la Grèce Antique.

4. Meetic – Le garçon et la fille que tout le monde s’arrache. Un film de recrutement de longue traîne. 99% des gens sont moches, deal with it. Merci Luc

5. Jeep – built free. En vieillissant vous êtes devenus chiants. Retrouvez vos racines.

6. Turbo tax – the year of the you. Le  service qui m’obsède ces jours-ci. Une sublime copy sur les étapes de vie.

7. Direct TV – get rid of the cable. Toujours aussi drôle. Surfer sur notre tendance à “nous faire des films” pour vendre de l’image, c’est beau.

8. Orange – the future’s bright. Le film de lancement du méga-opérateur européen. Une vision du progrès. La scansion subliminale des chiffres pour évoquer la simplicité est assez folle.

9. Channel 4 – How to Pull the Perfect Sickie. Un film de préférence, on frôle la brand utility.

10. Nike – Possibilities. Qui peut le moins peut le plus. Just do it. Ca marche toujours. Merci Kevin

10 spots bien écrits

Allez, c’est la fin de l’été, un dernier petit plaisir, faisant écho à ça, ça et ça.

1. M-Monochrom par Leica :

2. Don’t par DIrect TV :

3. Weave your magic par Lupark :

4. La gosse par SFR. Merci Mathilde :

5. Let’s talk about butt wipes par Dollar Shave Club :

6. Le Centaure par Honda. Merci Xavier :

7. Camp Gyno par Hello Flo :

8. Full of beanz par Heinz Beanz :

9. Possibilities par Nike :

10. Le commerce par Système U :

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #150

1. Une petite histoire du pain de mie.

2. Acura est la marque premium d’Honda.

3. Il n’y a que deux escalators dans le Wyoming. Merci Thomas

4. Le bechdel test : une question de genre dans les fictions. Merci Olivier

5. Un problème appelé raton-laveur : responsable entre autre de la détérioration de 80% des temples japonais.

6. Aux USA, le barbecue et le golf dictent le passage à l’heure d’été.

7. Vice = Voice sans I. Merci Françoise

8. Le phénomène de l’intervention.

intervention how i met your mother

9. Ratafia = rata fiat. La boisson des deals.

10. La néoténie : être adulte avec des proportions d’enfant. Merci Maud

Les 10 films les mieux écrits (second part)

Salut c’est vendredi, voici la seconde partie de l’article sur les films les mieux écrits. Merci à tous les contributeurs pour les idées (Alex, Olivier, Greg) !

1. La guitare sèche par Ouï FM : facile mais bon choix de la voix off + défense idéale du positionnement rock de la station d’Arthur.

2. Swimmer par Kellogg’s : un des plus beaux films des JO. Coup de coeur personnel sur l’humilité de reconnaître qu’il  n’y a pas de bien sans mal. Un pas en avant incroyable pour une marque attaquée sur les propriétés des aliments qu’elle fabrique. D’où le positionnement cantonné au petit déjeuner. Glorifier le départ au sein d’un évènement qui consacre les arrivées est incroyablement bien vu. Dans l’absolu comme pour la marque. Personne d’autre ne pouvait le dire. Signature pépite : see you at breakfast.

3. Your life is your life, go forth et go work de Levi’s : on pourrait citer tous les films de la marque aux rivets. J’aime ces 3 récents. Pour leur capacité à redonner du souffle à l’insight fondateur de la com de marque (jeans = liberté) en l’ancrant avec talent dans le contexte récessionniste sans aucune sensation de récupération (contrairement à cette initiative Benetton). Pour sa dimension progressiste qui me tient à coeur, la plateforme go forth est parfaite.

4. The power of wind par Epuron : si le fond du message est scandaleux (“i finally feel useful”…), la métaphore est sensible et bien trouvée. Choix de l’acteur incroyable, chute géniale.

5. There’s no finish Line de Nike : les 3 mots les mieux trouvés pour un équipementier sportif. L’écriture est succincte mais d’une puissance rare. Ce qu’on appelle une stratégie de fréquence…

… dans un autre registre, voici une campagne de recrutement pure et parfaite : if you let me play.

6. Paso wine man on vino variety : du rythme, de l’humour, de la pédagogie. Jamais on a vendu du vin de cette manière, même si je la trouve tout de même un brin trop inspirée de la tonalité Old Spice.

7. On se retrouve sur TF1 : si le plan média consistant à passer ce film dans les cinémas de centre-ville ne manquait pas d’audace et a fait jaser le bourgeois, on ne pouvait pas mieux résumer le statut dont jouit -encore- TF1 en France. Simplement, sans prétention, avec auto-dérision.

8. Jean-Luc par la FNAC : toute une époque… Les distributeurs plaisantaient paisiblement du piratage. Mieux, la FNAC invitait les gens à faire ce qu’ils veulent dans ses allées. De quoi se souvenir qu’il fut un temps où le libre service rimait avec liberté (qui oserait dire ça aujourd’hui?).

9. Kitchen Odyssey par Lurpark : insight intello mais rafraîchissant. L’homme moderne est un Ulysse, faire la cuisine soi-même une Odyssée. Un peu flippant pour le tout-venant mais bien trouvé. Mention spéciale à l’éxé et au talent du réal qui fait partie des gens qui savent filmer la bouffe.

10. Impossible dream par Honda : gros film de marque, gros cross-selling, choix de la musique parfaite.

11. Un millimètre par Audi : il faut le regarder plusieurs fois mais ce film est une pépite sans nom. Un fond technique/ingénieur parfait pour la marque conjugué à un discours A1=accessoire de mode slash Audi t’aide à te faire remarquer. Osé et brillant.