10 choses que je ne savais pas la semaine dernière

1. La marque Les 2 Vaches, propriété de Danone, a été déposée avant Michel & Augustin. On la pensait copie, elle est en fait initiatrice.

2. Avant de signer chez Parlophone, les Beatles auditionnèrent et furent recalés chez Decca. Pas de bol.

3. Le premier supermarché (définition basique : large choix et bas prix) français a été ouvert en 1931 par le groupe Pinault-Printemps-Redoute sous l’enseigne Prisunic, rue Caumartin à Paris, à l’emplacement de l’actuel Monoprix. PS : le logotype Prisu ressemble étrangement à celui des magasins de meuble Target.

4. 60% du trafic aérien est américain.

5. Sous le joug du dictateur Ne Win dans les années 90, la Birmanie a été le seul pays du monde a être dotée d’une devise exclusivement composée de multiples de 9 (c’était le chiffre porte-bonheur du despote) : billets de 9, 45 ou 90…

6. Le Chumbawamba effect désigne la capacité d’un groupe à vendre un album grâce à un unique tube. Le nom de cette théorie vient du groupe éponyme, célébré mondialement pour cette chanson, dont personne d’autre que Wikipédia (et les Inrocks) ne semblait avoir retenu le nom.

7. Will Smith était un des représentants officiels de la marque Le Coq Sportif durant sa période hip hop (cf. 3’48) à la fin des années 80, en compagnie de son acolyte DJ Jazzy Jef (Jazz dans la série Le Prince de Bel-Air).

On admire au passage l’esthétique délicieusement Keith Harringienne.

Information insolite et inutile : WS a refusé une bourse au MIT pour se consacrer à la musique ! Étonnant non?

8. Le Paris-Brest a été inventé pour honorer la course cycliste portant le même nom. A l’origine, sa forme circulaire était ornée de faux rayons en pâte à choux. Merci à l’équipe d’Incorporesano pour l’info.

9. Anecdote geek. Découverte par Patrick Batman, Melbourne s’est appelée jusqu’en 1835 Batmania.

10. Lors du cambriolage de la Joconde en 1911, on accusa Guillaume Apollinaire et Pablo Picasso. Si quelqu’un sait pourquoi, qu’il n’hésite pas à partager !

Bandits bandants

Les Love Bandits font partie de cette catégorie de groupe dont l’irrégularité des apparitions a tout les airs d’un culte en devenir. Ces derniers temps, ns avons pu entrevoir – ou plutôt entendre à qui mieux mieux – le guitariste et l’harmoniciste du groupe dans leur formation bis, Moriarty.

Estampillés de la cocarde croyez-nous-les-yeux-fermés CQFD 2007 des Inrocks, les Love Bandits ont tout pour réussir : un batteur debout à la voix aussi nasillarde que sixties-friendly, un harmonica endiablé, deux guitares enchainant sans ambage mélodies blues/folk/country/indie.

Tout en espérant que le succès de Moriarty se poursuive, j’aimerais tout de même pouvoir retrouver les LB en scène, aussi déchainés que ce soir mémorable d’avril 2007 au Nouveau Casino. Les Love Bandits finiront forcément par revenir à leurs premiers amours, délaissant alors les sirènes des mélopés folk-pop un peu trop propre sur soi. Un peu de culot serait le bienvenu, vous avez sans doute réussi à vous offrir ces fameuxs magnétophones trés onéreux…

Une petite vidéo de live – qualité Youtube malheureusement – parlera mieux que quelques mots.