Que se passerait-il si l’internet des objets devenait l’objet des internet?

Projet intéressant d’un étudiant designer : Iohanna Nicenboim.

Plutôt que de réfléchir à l’internet des objets, il a pris le sujet à l’envers en imaginant l’objet des internet, ie. comment les humains pourraient être programmés par les objets plutôt que l’inverse.

Cette démarche habile permet de nous interroger sur ce que certains gourous osent sans vergogne appeler les “objets intelligents”.

Comment réagirions nous demain si – je ne dis pas quand mais si – les machines sont capables de nous programmer à leur tour ?

C’est le sujet de Iohanna, développé à travers 4 concepts.

Iohanna Nicenboim cgu printer

Il y a l’imprimante à CGU qui cherche à nous faire réagir à ce que nous acceptons tacitement sans y jeter le moindre coup d’oeil.

Iohanna Nicenboim correlation detector

Il y a le radar à corrélations qui établit des rapports entre des phénomènes domestiques : chaque fois que tu te connectes à la radio, ta femme prend sa douche. Ou tu prends 3 tasses de café quand tu as dormi une heure de moins.

Iohanna Nicenboim motivation scale

Il y a la balance qui joue avec ton poids pour évaluer la consistence de tes réactions psychologiques.

Iohanna Nicenboim ab toaster

Le meilleur de tous : l’A/B toaster grille chaque tartine différemment pour évaluer la préférence des utilisateurs.

L’intelligence artificielle a encore des progrès à faire

Cette vidéo illustre bien les effets secondaires de ce qu’on appelle l’intelligence artificielle.

Le génie de Google Now qui t’invite à aller prendre le métro dans 5 minutes, ça émerveille la première fois. Au bout de 3 on ne le remarque plus. Au bout de 10 c’est gadget, voire pénible.

Multiplions cette impression par la vogue des objets connectés qui nous attend et le développement de cette prétendue intelligence artificielle et vous obtenez cet extrait de 5 minutes de la vie d’un retraité en 2020.

Prometteur…

L’Internet Des Objets pourrait autoriser les agences de pub à enfin toucher au produit

06719788-photo-nike-fuelband-se

Les métiers de la communication ont pour habitude d’user des mots pour raconter un produit. Il est rarissime que les annonceurs autorisent la modification de leur offre, malgré les nombreuses suggestions des agences.

L’internet des objets pourrait changer la situation.

D’abord parce que les agences vont initier leurs marques aux objets connectés.

Ensuite parce que les agences vont aider à exploiter les datas en vue de faire évoluer l’offre des objets en question.

Finalement parce qu’on ose espérer que ces nouvelles informations donneront de nouvelles idées d’autres objets connectés à inventer.

Le web a fait entrer plein de nouveaux métiers dans les agences de pub.

L’internet des objets aura au moins le même impact sur les organisations.

PS : pour les quelques retardataires qui n’ont pas encore découvert Mother >

Communication, Gamification, Open Data ou démocratie : l’ubiquité du web fantasme la corne d’abondance

Cet article publié sur Internet Actu est symptomatique.

Il propose une traduction des impressions d’un journaliste du Guardian envoyé au festival technologeek South by Southwest Interactive. Ce dernier s’émeut des thèmes abordés lors de ce festival dédié aux nouvelles technologies : santé, démocratie ou citoyenneté.

Il y en a pour tous les goûts. L’internet modem+ordinateur est mort.

Continue reading “Communication, Gamification, Open Data ou démocratie : l’ubiquité du web fantasme la corne d’abondance”

Thing Dameon, Facebook des objets

5 tribus de lycéennes britanniques, définies par leur "look"

Dans La Société de Consommation, Jean Baudrillard explique que nous achetons des produits et nous consommons des signes, ce qui sous-tend :

  1. Nous sommes des agents économiques dotés d’un pouvoir d’achat,
  2. Les objets que nous achetons sont des signes, ie. ils envoient des messages.

Contrairement aux économistes, Baudrillard ne définit pas uniquement la société de consommation par un modèle de croissance reposant sur la demande mais par un système où chaque agent économique émet des messages (sur sa personnalité, sa religion, sa profession, son niveau de vie…) par les objets/signes qu’il achète.

Continue reading “Thing Dameon, Facebook des objets”