Funny or Die a lancé une app de météo

Spotté dans la liste d’apps cools du moment, passons 3 minutes sur la raison pour laquelle Funny or Die a lancé une application de météo.

Premièrement les apps de météo figurent presque toujours en homepage des smartphones. Que vous soyez un petit ou un gros consommateur.

Deuxièmement les apps de météo sont chiantes. C’est une opportunité pour une entreprise dont le métier est l’humour.

Troisièmement une entreprise internet ça vit avec une audience. Donc l’idée de produire un objet qui intéresse 1 milliard de personne c’est pas mal.

Quatrièmement échantillonner l’humour de niche Funny or Die via un produit grand public, c’est malin.

L’impossibilité de prédire justement l’avenir impose une « brutale ouverture d’esprit »

futur graphique chart courbe impossible

Pour faire état de la difficulté à prédire l’avenir – dans nos métiers comme de façon générale – il n’est nulle besoin de convoquer la très-à-la-mode accélération du temps, l’empirisme semble souvent suffire à expliquer la dynamique des marchés libres.

Comme dirait le célèbre investisseur Paul Graham :

When experts are wrong, it’s often because they’re experts on an earlier version of the world.

Ce qui a été vrai à une époque ne l’est plus forcément aujourd’hui.

C’est pour cette raison que le business n’est pas une science et que les économistes néo-classiques se berçent d’illusions. Mis à part quelques grandes règles relevant plus du bon sens que d’une lumière initiée, il n’y a pas ou peu de constante dans le business.

Au-delà du biais de Saint-Thomas qui nous incite à donner plus de crédit à ce que nous connaissons, un certain nombre de vérités périment avec le temps.

Pour re-citer Paul Graham :

It seems to me that beliefs about the future are so rarely correct that they usually aren’t worth the extra rigidity they impose, and that the best strategy is simply to be aggressively open-minded.

Soyons brutalement ouverts d’esprit. Un peu comme avec ces collègues avec qui on vous a confié un appel d’offre pour les deux mois qui arrivent.

Ca vous inspire?

Merci Olivier pour l’article sur le pike syndrome

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #167

1. Mayday vient de « venez m’aider ». Merci Olivier

2. Goldman Perks.

3. Maje, Sandro ou Claudie Pierlot réalisent – au moins – les 2/3 de leur CA en période de soldes.

4. Quelques astuces de la grande distribution : des files de caisse étroites, des brumisateurs au rayon fruits et légumes

5. Wrigley produisait originellement de la levure, assortie d’un chewing-gum en cadeau, façon lessive.

6. En France, 60% de la population carcérale serait de confession musulmane.

7. Le terme sniper provient de la chasse : le snipe est un oiseau rare.

800px-Gallinago_stenura_-_Laem_Pak_Bia

8. Les Doritos ont été inventé dans un Disneyland californien où le propriétaire d’un restaurant eu l’idée de recycler les burritos invendus.

9. La théorie mathématique qui explique pourquoi les écouteurs d’iPod font des noeuds dans vos poches.

10. La liste des facteurs influents sur le référencement Google :

seo google ranking factor

Le béhaviorisme est le degré zéro de la compréhension humaine : de la vision de l’invisible

enjoy-the-silence

Cette réflexion de Jonathan Ive sur les caractéristiques invisibles du design fait le jeu des poètes :

There are a lot of product attributes that don’t have sorts of measures. Product attributes that are more emotive and less tangible. But they’re really important. There’s a lot of stuff that’s really important that you can’t distill down to a number.

Passons outre la dimension émotionnelle de la perception d’un objet. Galvaudée et compliquée. Ce qui est intéressant ici, c’est la vision de l’invisible.

Personne d’autre que Ive n’est mieux placé pour mener ce genre de réflexion. Les produits Apple sont des exemples d’objets dont l’agrément dépasse l’entendement : harmonie des lignes, douceur du touché, formes pleines, couleurs douces.

En faisant en pas en arrière, l’invisible est le dénominateur commun du monde matériel.

Ce qui est visible est fruit du vide qui l’entoure. Le vide est notre moule. Le vide se mesure mal. Les premières découvertes scientifiques sur l’infiniment produirent un séisme ontologique.

Dans le dernier ouvrage de Thomas Jamet, Vincent Balusseau produit un chapitre d’anthologie sur l’ineptie des effets de champs au sujet de l’injonction à l’innovation des agences publicitaires et médias.

Cette réflexion sur l’invisible et l’intangible alimente le débat contre les thèses comportementalistes. Tout ne mesure pas. Nier cette évidence revient à nier le pouvoir du hors-champ en photographie ou en cinéma, nier l’érotisme de la lunette de soleil ou du maillot de bain. Pis, pour ceux qui ont fait un peu de théories de l’information, le béhaviorisme est le degré zéro de la compréhension humaine. Pavlov en est le meilleur représentant.

Chacun doit trouver son mode d’expression. Même en science, les méthodes expérimentales évoluent.

Tout ce qui se mesure n’est pas bon à être mesuré.

Comme dirait Claude Debussy : Music is the silence between the notes. Comme dirait Depeche Mode :

Habit de Morey Talmor : encourager les comportements en changeant de regard sur les médicaments

Voilà le genre de démarche qui me plait.

L’objet de cette approche a beau être un brin scabreux, il part d’une bonne intention : la santé.

L’étudiant Morey Talmor s’est amusé à détourner les codes de la cosmétique de luxe pour designer une gamme de produit de rehab baptisée Habit.

Une jolie illustration de vision décalée, invitant à considérer un objet autrement (cf. ces deux exemples).

Transformer les produits de rehab (au look médical nous rappelant à notre faute) en objets esthétiques participe de l’acceptation de sa condition, de la progression de son estime personnelle et sa guérison. La désintoxication est un comportement louable, autant l’encourager par un dispositif plaisant.

On aime aussi le nom choisi qui a l’élégance de supprimer le RE de rehab, synonyme d’échec.

Faire changer de regard sur un objet est une technique éprouvée mais efficace, souvent synonyme de créativité (on pense aux bouteilles d’eau d’Yves Behar ou aux écouteurs blancs d’iPod)

A ce titre, je vous invite à consacrer une heure à cette conférence de Luc de Brabandere ou parcourir ce document très opérationnel aidant à porter un regard neuf sur des objets triviaux.

Source