Aura of fame now elvoves toward tech too

somebody miranda july miu miu

During the past few weeks, a weirdly high amount of tech news was trusted by celebrities:

  • Tom Hanks launched an iPad typewriter app: Hanx Writer
  • Kim Kardashian released a now famous mobile game: Kim Kardashian Hollywood
  • Jessica Alba just raised 70 million before IPOing Honest, her eco-friendly baby products brand
  • Miranda July launched last week Somebody, a messaging app, sponsored by Miu Miu (see below)

Compared to these fancy innovations, big names endorsing cars or even creating their own perfume are out of date (and less and less efficient).

Yet, this is basically more or less the same process playing here: these products are success partly because of mojo and fame.

What if your next mobile app was sponsored by a singer?

Unplugging is the new texting threat: why brands shouldn’t disclose their lack of consumer understanding

 

3026732-slide-s-1-if-you-can-stay-off-your-phone-kids-in-need-will-get-clean-water

This recent French survey indicating that texting isn’t a threat for orthograph is a blessing.

Despite being widely popular, texting has been considered dangerous for our kids since 160 characters ask for tricks to tell the most in the tiniest space (remember when we were billed one text at the time?). Even if this deal has been evolving with smartphones, texting was a ideal target for tech sceptics, as for others scapegoats such as video games or e-cigarettes.

Don’t get me wrong, it’s not that new technologies cannot harm anything. iTunes killed music majors and Amazon killed books majors. But from a consumer perspective, people still crave listening to new bands and reading books. Because new players fight for empty spots, they offer alternatives, new forms show up, new grammar flourish.

For the music it was streaming, downloading, socializing, scrobbling, co-creating, playlisting, datamoshing, lib dubbing, youtubing… For reading it was e-books, e-comics, texting, tweeting, abbreviating, OMGing, LOLing, second screening TV shows…

We shouldn’t fear novelty, it’s always bringing something fresh and engaging.

So I’m still nervous when brands mock people using smartphones. It’s the same as fearing texting. Even if the iPhone came out 7 years ago, lots of brands try to get people to unplug.

Are they stupid? Besides showing everybody that ad men don’t get us and fear the change, it’s just pissing consumers off.

Brands shouldn’t be reactionary, especially when they all whine for lacking innovation and momentum. So sorry to be abrupt but these kind of stunts are stupid (even the UNICEF one):

Des douches plus courtes par le pouvoir de la musique

A tous les fournisseurs d’eau, cette idée est pour vous.

Afin de réduire la quantité d’eau utilisée par douche, Olivier a pensé à une idée d’application toute simple. On programme la durée que l’on souhaite passer sous l’eau, l’app mobile se charge de chercher dans votre bibliothèque iTunes une chanson de durée équivalente.

Une fois la chanson terminée, il est temps de sortir de la douche. Réservé aux cadors qui enregistrent en une seule prise.

Au passage, abonnez-vous d’urgence à ce nouveau TumblR ouvert par l’estimé Olivier Legris.

Un mythe meurt : Apple piraté

Ca n’a l’air de rien comme ça mais quelques jours avant le mea culpa de l’antennagate, une étape a été franchie dans l’entreprise de décoolisation à laquelle Apple s’emploie depuis sa financiarisation : le piratage d’iTunes.

Ce fait d’armes bien ordinaire pour le commun des mortels déboulonne une mythologie Apple : la sécurité.

En vérité, la marque à la pomme n’en est pas à son coup d’essai, son iPhone fait l’objet d’en engouement de la part des pirates qui déploient des sommets de ruse pour jailbreaker les appareils. En creusant un peu, on doit même pouvoir tracer quelques cas de bidouilles plus anciennes. Là n’est pas le problème.

Ce que le hacking d’Apple veut dire, c’est que la marque est devenue mainstream.

Hier, sa marginalité l’épargnait.

Aujourd’hui, elle est une marque comme les autres.

Et si l’iPad s’adressait aux seniors?

Cette hypothèse ferait mal aux mac fans mais pourtant, plusieurs indices laissent penser que le nouvel appareil Apple conviendrait parfaitement à nos (grands)-parents.

  • L’iPad est un grand iPhone, idéal pour recruter des gens qui ont pu être rebutés par la petite t’aille de l’iPhone.

  • L’iPad est gros : grosses touches, grand écran. Parfait pour les rétifs aux petits claviers (tactiles à fortiori) à la vision parfois défaillante… (repensons aux télécommandes ou téléphones dédiés à nos seniors).

  • L’iPad interdit le multitasking : vous en connaissez beaucoup vous, des seniors qui surfent, chattent, téléchargent, tapent leurs mails et regardent des vidéos Youtube en même temps?
  • L’iPad est pauvre en prises (USB, FW, SD…) et fonctions : il invite ses utilisateurs à se concentrer sur l’appareil, par sur ses fonctions périphériques.
  • L’iPad est doté d’un modèle vertical, rendant simple le téléchargement de musique, de films ou de bouquins. Même remarque que pour le multitasking : je ne connais pas beaucoup de seniors s’amusant à télécharger (légalement ou illégalement) des contenus sur 36 sites différents (piochant et optimisant les coups, la vitesse, la qualité) : un pour la musique, un pour les films, un pour telle ou telle série, un pour les sous-titres, etc.

L’iPad est pensé pour les KISSers, des gens privilégiant la facilité d’usage à la complexité des fonctions potentielles.

L’avenir nous donnera une réponse…