10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #334

1. Le Pakistan est un acronyme : (P)unjabi, (A)fghani, (K)ashmiri, (S)indhi, et Balochis(TAN), avec un i en plus pour être facile à prononcer.

2. Le logo Lanvin est le plus vieux de la mode, il date de la fin du 19e siècle. Il représente Jeanne Lanvin et sa fille.

3. L’expression faire un fiasco (fiasco = bouteille en italien) vient d’un comédien italien du 17e siècle :

Chaque soir, l’acteur se présentait à son public avec un nouvel objet à la main et les lazzis qu’il improvisait là-dessus lui faisaient un grand succès. Dans l’une de ses représentations, Biancolelli arriva tenant une bouteille garnie de paille et, malgré tous ses efforts, ne parvint pas à faire rire son public.

4. Il existe une compétition autour du test de Turing chaque année. Un humain y gagne le titre d’humain le plus humain. Merci Gregory

5. Ngoryifia Cephas, le roi ghanéen mécanicien en Allemagne qui dirige son peuple via Skype.

6. En 1982, le groupe Besnier (ancêtre de Lactalis) lançait l’opération camembert.

7. L’échelle de Villejuif est l’unité de mesure officielle de la gênance. Merci Fabien

8. La station MIR est l’objet humain le plus coûteux de l’histoire : environ 150 milliards.

9. Le vrai sens des chansons de notre enfance (cliquez dans le tweet pour voir la suite des anecdotes). Merci Thomas

10. le mot ordinateur a été créé par un linguiste, Jacques Perret en 1955, à la demande d’IBM France.

No Noise de Selfridges : ré-impliquer les gens par la dynamique de l’imperfection greimassienne

No-Noise-Selfridges-01

L’opération no noise de Selfridges et pigée par le toujours très alerte Oeil de Laser dit la modeste contribution des mots dans la communication.

Non seulement cette animation re-démontre que les icônes tolèrent la déconstruction, mais que la vraie intelligence consiste à laisser les gens cogiter un peu face à un stimulus publicitaire.

no-noise-selfridges.001-001

Contrairement à la pensée populaire assimilant les médias chauds et les médias froids à la rapidité de dif

fusion de l’information, leur opposition se joue sur le niveau d’implication.

Le média chaud engage fortement car il donne une information incomplète nécessitant de faire fonctionner ses méninges : c’est la radio, c’est le livre. Le média froid engage moins car il englobe, fait fonctionner plusieurs sens, délivre une expérience globale anesthésiante : c’est le cinéma et la télévision. Cette opposition fait également écho au distingo lean back / lean forward.

No Noise transforme la marque en objet chaud et lean forward pour ré-impliquer les gens. Smarty.