10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #298

1.Courtier ou business sont des mots issus du jargon de la prostitution.

2. Le syndrome chinois est une hypothèse selon laquelle une explosion de centrale nucléaire produirait un grand trou dans la terre jusqu’à atteindre les antipodes.

3. Au cinéma, un hareng rouge est une astuce scénaristique pour emmener le spectateur vers une fausse piste : cf. le Sixième Sens, Usual Suspects ou le Convoyeur.

4. Adèle. Une youtubeuse 2K. Merci V2C

5. Au UK, les biscuits ne sont pas taxés car considérés comme nécessité. Les biscuits au chocolat n’ont pas cette chance, ils sont considérés comme un luxe.

6. La chaise LC4 de Le Corbusier est un fétiche porno.

7. Il est interdit d’interdire ! a été inventé par Jean Yanne.

8. La raison pour laquelle la plupart des pâtisseries portugaises sont à base de jaune d’oeuf est que les nonnes du pays utilisaient le blanc d’oeuf pour repasser leurs voiles. Merci Etienne

9. Les gratte-ciels feng shui de Hong Kong disposent d’un oeil pour laisser passer les dragons.

10. Un idiot plot est une autre astuce de scénariste dont l’intrigue tient sur l’incapacité des protagonistes à comprendre ce qui se passe.

Penser binaire : quand les briefs formataient la créativité

Une des idéologies le plus puissantes de la création au 20e siècle tient en 3 mots : form follows function.

Depuis les avant-gardes typographiques à l’iPod en passant par le Bauhaus, l’école d’Ulm, Dieter Rams ou Le Corbusier, la créativité est au service d’une fonction (cf. note sur l’affordance).

On sait pourtant que les outputs créatifs dépendent de leur contexte de production. Cet article explique par exemple que cet espace de travail dispose de pièces hautes et espacées pour générer des idées et de pièces exiguës et basse pour stimuler la concentration.

Dans la com, le brief est l’objet de toutes les critiques. On se demande comment ce document dénué d’âme peut être à l’origine d’illuminations créatives. Il est un exemple où la forme ne suit pas la fonction. Si le brief devait être créatif, il ne pourrait se contenter d’un format non créatif.

Dans le même ordre d’idée, je suis agacé par les publicitaires qui présentent leurs travaux selon la dichotomie problème/solution. Exemple parmi 1000 (autour des minutes 3 et 4) :

On répète à l’encan qu’il n’y a pas de solution sans problème posé et encore moins de bonne solution sans bon problème. Au banc des accusés, Albert Einstein, représentant iconique de la rationalité, auteur de citations telles que :

Un problème sans solution est un problème mal posé.

Il est séduisant de présenter ses travaux selon cet enchaînement logique. La rhétorique est séduisante mais traîtresse. L’immense quantité de films/sites/opérations ne répond pas à cette dichotomie absurde…

D’abord parce que la majorité des travaux ne résultent pas d’un problème posé mais d’une opportunité. Surtout parce que la créativité ne peut par essence être canalisée dans ce schéma de pensée contraint.

Est-ce qu’un chef cuisinier innove à cause de problèmes posés? Est-ce qu’un musicien compose par la motivation d’un problème à résoudre? C’est faux et restrictif. C’est également le cas de la com. Tous les travaux ne résolvent pas des problèmes, contrairement à ce que voudraient faire croire quelques créatifs formatés.

La publicité meurt par la rhétorique de la simplicité et défend – comme d’habitude – la créativité par des moyens non créatifs… Vive l’heuristique.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #42

1. Automédon, conducteur du char d’Achille durant la guerre de Troie. Aujourd’hui, un automédon désigne un bon conducteur. Merci Zazie.

2. William Morris, king du papier peint champestre et victorien.

3. Dans la communauté des graphistes, ces pictogrammes ultra-célèbres sont surnommés Helvetica man/woman.

4. Robert Ménard (ex. secrétaire général de Reporter Sans Frontières) et son livre intitulé Vive Le Pen. Bientôt dans Causeur.

5. Dalton Ghetti, l’homme qui taillait des crayons. Merci @Lexeul.

6. L’argument Morozov point le paradoxe de l’internet vis-à-vis des libertés individuelles. Il autorise autant les rassemblements et les soulèvements que la censure et le contrôle. On connaissait le bonhomme mais ça sonne bien mieux avec une expression consacrée (et une vidéo) :

7. L’éconophysique, nouveau champ de recherche initié par Yaneer Bar-Yam de l’Institut pour les systèmes complexes de Nouvelle-Angleterre applique à la physique les principes de l’économétrie.

8. Chandigarh, la ville nouvelle de Le Corbusier en Inde.

9. Le Light novel : manga sans image.

10. Il y avait plus de musulmans en France en 1905 qu’aujourd’hui.