10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #286

1.Le zero rating est une pratique commerciale consistant à offrir l’accès gratuit et illimité à un service digital par un opérateur téléphonique ou vidéo.

2. Le développement du Ku Klux Klan dans le sud-est des Etats-Unis est dû à la condition ouvrière dure mais démocratique des usines de tabac.

3. A l’origine, Ubi Soft est une entreprise de vente de matériel agricole. Merci Ivan

4. La raison pour laquelle les photographes snobs cachent le logo rouge de leur Leica remonte à Henri Cartier-Bresson qui pensait pouvoir de meilleures photos de rues en donnant l’impression à ses sujets qu’ils étaient photographiés par un amateur. Merci Edouard

le-saviez-vous-sodebo-pizza

5. Sodebo développe les fun facts. Merci Etienne

6. La raison pour laquelle les machines à sous utilisent des symboles fruits remonte à la prohibition durant laquelle parier de l’argent était interdit. On gagnait des chewing-gums parfumés.

7. L’étymologie de l’esperluette est amusante. Elle était initialement la 28e lettre de l’alphabet. On l’annonçait en précisant “and per se &”. Avec le temps elle est devenue ampersand.

wpp-google-revenue

8. Voilà (cf. 50e seconde de la vidéo supra).

9. Au sommet de la guerre du recrutement des meilleurs ingénieurs, Dropbox dépensait 25 000 dollars annuels en perks, ie des petits avantages pour les salariés tels que des t-shirts, des mugs, des cantines…

10. Quand on “parle dans sa tête”, on parle environ 10 fois plus vite qu’à l’oral.

10 films bien écrits

1. Enterprise Rent-A-Car – Family Reunion

2. OPI ColorChat – Story of a Drop

3. Optus – Ricky Gervais

4. True Fruits Smoothies – The Green Screen Prank Surfer

5. Finish – Dishes

6. Maxis – #ThisIsMyName (plus le cas ici)

7. Nike Women – Better For It (Inner Thoughts)

8. Chrysler – The Kings & Queens of America

9. Lurpak – Freestyle

10. Leica – 100

10 spots bien écrits

Allez, c’est la fin de l’été, un dernier petit plaisir, faisant écho à ça, ça et ça.

1. M-Monochrom par Leica :

2. Don’t par DIrect TV :

3. Weave your magic par Lupark :

4. La gosse par SFR. Merci Mathilde :

5. Let’s talk about butt wipes par Dollar Shave Club :

6. Le Centaure par Honda. Merci Xavier :

7. Camp Gyno par Hello Flo :

8. Full of beanz par Heinz Beanz :

9. Possibilities par Nike :

10. Le commerce par Système U :

Je suis ce que j’achète

Il est des marques qu’on pourrait qualifier de mythique. L’idée présente n’est pas de dresser une liste des qualités et des vertus de tel ou tel acteur du marché mais il faut bien avouer que Leica : ça déchire.

Marque implantée en Allemagne depuis un siècle et demi, Leica innove et a réussi très tôt à s’entourer de talents en vue d’affiner ses produits. Henri-Cartier Bresson (spécialiste des scènes de vie et du reportage, photo 1) ou Robert Capa (célèbre pour sa couverture de la guerre espagnole en 1936 et du débarquement en 1944, photo 2) faisait ainsi partie de l’écurie post Recherche et Développement et ont contribué à la notoriété des appareils “de poche” légers. L’histoire ne dit pas s’ils étaient officiellement des porte paroles de la marque ou si Leica est devenue culte après la célébration des travaux photographiques des deux hommes…

Photo 1, Pic-nic en bord de Marne dans les années 30, HCB

Photo 2, D Day, RC

Fin du 20e siècle, elle peine à prendre le virage du numérique. Sa force, c’est sa technicité en matière d’appareils mécaniques, ils ont du coup du mal à se réinventer. Plusieurs partenariats stratégiques sont passés avec des fabricants tiers (dont Panasonic) pour faire de l’échange de compétences. C’est pour cette raison que les compacts numériques Leica sont exactement les mêmes modèles que les Lumix de Panasonic (mais pas vendus au même prix, il faut bien que la marque serve à quelque chose).

A force d’expérience avec les japonais, la marque semble aujourd’hui parée à voler de ses propres ailes sur le marché digital et à retrouver de sa superbe en proposant des produits toujours plus performants et exclusifs.

Preuve en est de cette initiative marketing du meilleur goût : Leica à la carte permet de personnaliser de A à Z votre appareil photo, selon la même interface que l’Apple Store et la configuration des MacBook Pro.

Exclusivité, design, prestige, élégance, artisanat… Pas de doute Leica renoue avec son passé luxe, ça fait plaisir. Ils sont de nouveau capables de faire rêver, vendre des produits à l’image de leurs consommateurs et fabriquer du sur-mesure en très petite quantité. Pas de place pour les moutons, les consos Leica sont des happy-few.

Bonus : un petit film Leica où Wim Wenders parle de la marque

Source : Dsgnwld

La Turquie sur la voie de la fashion

Sous les feux de l’actualité depuis sa demande d’adhésion – largement décriée par certains – à l’Union Européenne il y a quelques années, la Turquie tenterait’elle de se racheter une image tendance grâce à la pub?

Loin, très loin des clichés du kebab et du non respect des droits de l’homme, le dernier spot Chanel N°5 réalisé par Jean-Pierre Jeunet met en scène Audrey Tautou à destination d’Istanbul à bord de l’Orient-Express.

On passe d’emblée sur la sortie concomitante du film Coco avant Chanel et du choix d’Audrey/Coco Tautou comme nouvelle égérie, le procédé est devenu légion.

L’exploitation de l’Orient comme source d’inspiration est bien vue. Malgré l’anachronisme, une marque au patrimoine aussi ancré dans le chic français que Chanel peut se permettre de se réapproprier les imaginaires de l’Orient. On se souvient des Gautier, Balzac, Dumas, Nerval et Baudelaire pour qui le dernier des chics était de savourer un spliff dans le très select club des Haschichins.

Par ailleurs, l’image pas très glamour de l’Orient en matière de mode et de féminité réinscrit Chanel dans la tradition de l’innovation de rupture (Coco a largement contribué à moderniser les atours des femmes).

On y remarque par ailleurs un co-branding habile : Audrey prend quelques images de son amoureux avec un Leica Digilux, préfigurant par là même une pratique qui devrait prendre son envol tant dans la pub que dans les programmes : le placement de produit, via la directive Télévision Sans Frontières.

Je vous laisse (re)découvrir le film.