C’est la crise : comment changer de positionnement en 2 mots et une nouvelle langue

ketchup knack langue

Outre l’éthique discutable des repas servis, comment ne pas tirer son sombrero à Taco Bell dont la signature Live Màs est espagnole depuis un an ?

L’exploitation publicitaire de ce positionnement plus intéressant (un lifestyle espagnol succédant à des promesses très rationnelles de quantité) est judicieuse puisqu’elle consiste à produire des mash-up de tubes anglophones traduits en espagnol.

Astucieux, pas cher et fédérateur dans un pays qui parle désormais autant l’espagnol que l’anglais.

Voici la copy pour le lancement d’un nouveau sandwich :

… celui de la mi-temps du super-bowl :

… celui du pré-match au superbowl grande papi

La prépondérance des points de contact et des mécaniques de ces 10 dernières années prend parfois le pas sur le texte dans la communication. L’ère des slogans et des signatures est terminée, on en change désormais tous les 2/3 ans. C’est dommage, la langue demeure un indémodable outil bon marché pour transmettre… On se souvient notamment de Coca ou Pepsi qui s’amuse des jargons locaux.

Le 4e repas de Taco Bell : brillant ou machiavélique?

fourthmeal taco bell

La stratégie de l’occasion est une approche marketing bien rodée. Visant à faire figurer un produit sur la shopping list des gens, elle suggère du mieux possible un usage : le petit déjeuner dominical de Ricoré, le petit déjeuner chez Kellogg’s, les repas festifs pour Badoit, les pauses Kit-Kat, les soirées foot pour Heineken…

Dans la valse des bizarreries venues d’ailleurs, le 4e repas de Taco Bell pousse le bouchon un peu loin. Le 4e repas : c’est celui de la nuit, celui entre le dîner et le petit déjeuner, le petit creux en rentrant de boite, le late-night snack. L’urban dictionary ne s’y est pas trompé. Malin mais horrible.

Mis à part l’intérêt théorique de créer un nouveau moment de consommation (voire un nouveau mouvement de communication si l’on en croit le film très affinitaire), la pratique est douteuse. On ne regrette pas notre déontologie hexagonale.

On salue néanmoins au passage l’excellence stratégique de la nouvelle plateforme de communication Live Mas, adoptée il y a quelques années dans un pays dont plus de la moitié des états sont majoritairement hispanophones. En plus de parfaitement traduire la proposition de Taco Bell, employer une langue (de moins en moins) étrangère implique un effort de compréhension de la part des gens, donc une preuve de confiance.