Un média sous-estimé : le sticker

L’idée est vieille comme le monde.

A l’heure où les agences de pub s’escriment – et parviennent – à expliquer aux annonceurs que les clients d’une marque en sont les porte-paroles (pour le meilleur et pour le pire), on croise finalement assez peu d’autocollants de marques.

Lire la suite « Un média sous-estimé : le sticker »

Je suis ce que j’achète

Il est des marques qu’on pourrait qualifier de mythique. L’idée présente n’est pas de dresser une liste des qualités et des vertus de tel ou tel acteur du marché mais il faut bien avouer que Leica : ça déchire.

Marque implantée en Allemagne depuis un siècle et demi, Leica innove et a réussi très tôt à s’entourer de talents en vue d’affiner ses produits. Henri-Cartier Bresson (spécialiste des scènes de vie et du reportage, photo 1) ou Robert Capa (célèbre pour sa couverture de la guerre espagnole en 1936 et du débarquement en 1944, photo 2) faisait ainsi partie de l’écurie post Recherche et Développement et ont contribué à la notoriété des appareils « de poche » légers. L’histoire ne dit pas s’ils étaient officiellement des porte paroles de la marque ou si Leica est devenue culte après la célébration des travaux photographiques des deux hommes…

Photo 1, Pic-nic en bord de Marne dans les années 30, HCB

Photo 2, D Day, RC

Fin du 20e siècle, elle peine à prendre le virage du numérique. Sa force, c’est sa technicité en matière d’appareils mécaniques, ils ont du coup du mal à se réinventer. Plusieurs partenariats stratégiques sont passés avec des fabricants tiers (dont Panasonic) pour faire de l’échange de compétences. C’est pour cette raison que les compacts numériques Leica sont exactement les mêmes modèles que les Lumix de Panasonic (mais pas vendus au même prix, il faut bien que la marque serve à quelque chose).

A force d’expérience avec les japonais, la marque semble aujourd’hui parée à voler de ses propres ailes sur le marché digital et à retrouver de sa superbe en proposant des produits toujours plus performants et exclusifs.

Preuve en est de cette initiative marketing du meilleur goût : Leica à la carte permet de personnaliser de A à Z votre appareil photo, selon la même interface que l’Apple Store et la configuration des MacBook Pro.

Exclusivité, design, prestige, élégance, artisanat… Pas de doute Leica renoue avec son passé luxe, ça fait plaisir. Ils sont de nouveau capables de faire rêver, vendre des produits à l’image de leurs consommateurs et fabriquer du sur-mesure en très petite quantité. Pas de place pour les moutons, les consos Leica sont des happy-few.

Bonus : un petit film Leica où Wim Wenders parle de la marque

Source : Dsgnwld

Citroën DS: retour vers le futur

Où l’on apprend avec surprise et circonspection que la marque aux chevrons s’apprêterait à relancer la DS, un modèle qui fit la gloire de l’automobile française entre 1955 et 1975 (et oui, à cette époque un modèle durait plus de 3 ans), notamment grâce à un système de suspension hydraulique rupturiste.

Pour commencer, on s’interroge sur la véracité de ces infos, tout de même relayées par les très sérieux Monde, FigaroEchos et Caradisiac.

Vient ensuite l’hypothèse du hoax… Après tout, les marketeurs viraux nous ont rôdé aux rumeurs les plus fantasques. Entre la célébrissime invasion extra-terrestre d’Orson Welles et le tunnel transatlantique de la SNCF ils feraient mieux de se concentrer sur le fonctionnement de leur site de vente en ligne en passant par le Macbook sans clavier, le doute est permis…

On s’amuse pour terminer à louer les vertus infiniment strechable de la postmodernitévintage et néo-rétro nous voila – de Maffesoli et Lipovetsky. Non contentes de puiser de l’inspiration dans les années glorieuses, les marques ressuscitent carrément les best-sellers. Après la Beetle, la Fiat 500 et la Mini, les rues vont bientôt être hantées.

De quoi alimenter les théories de la crise de la créativité…

Que se passe-t-il? Seuls les séniors achètent des autos? Les jeunes créatifs et designers ne font pas autorité dans leurs bureaux d’études? Le futur a du mal à s’envisager au volant d’une voiture, d’où ces relents designo-procrastinateurs? J’espère au moins qu’ils auront le tact de l’équiper d’un moteur hybride pour recoller au mythe de l’innovation Citroën.

Le pétrole a atteint des sommets cet été, plusieurs constructeurs sont sur le carreau. Pourquoi ne pas prendre le virage à 90° imposé par la conjoncture?

Apple est un people comme les autres

Selon les analystes, la souris serait sur le point de tirer sa révérence de la scène informatique dans les années à venir, aprés 40 ans de bons et loyaux services.

Développée par la firme Xerox, copiée par Apple, le mulot serait aux dernières nouvelles sur le point d’être remplacé par un système révolutionnaire, dont les instigateurs refusent de parler.

Les rumoristes de tout bord y vont de leur écot, forcément. Outre le renouvellement de la gamme MacBookPro à la rentrée, la possible sortie avant la fin de l’année d’un MacBook Multitouch prend de l’ampleur dans la presse spécialisée.

Il va falloir que je me penche sérieusement un jour ou l’autre sur l’étude de la gossip-stratégie engagée par la firme de Cupertino. Jamais avare de mystère, Apple maitrise la fonction agenda avec maestria. Journalistes, analystes financiers, experts et péquins sont aux abois et commentent abondamment le moindre fait et geste de la Pomme : le store est fermé, Steve Jobs a toussé à la minute 41′ de la WWDC, Steve Ballmer est inquiet, Woz a téléchargé Tetris sur iPhone, les fournisseurs de Taiwan ont reçu une commande de bakélite, une ligne du SDK mentionne « xxxxxxxxxx-2.0″… Une media workforce choisie bénévole, crédible et prodigue… Rien de tel pour donner un peu de corps à l’information.

Un corrélat redondant se fait d’ailleurs souvent sentir entre la date de sortie du produit et la véracité des news… Qui s’occupe de lancer les rumeurs? A partir de quand les infos sont-elles (in)validées?

Apple n’est plus un sujet d’information, Apple fait l’information, Apple est un people : manière de s’habiller, fréquentations, rendez-vous et projets… La presse informatique tire les mêmes ficelles que la presse tabloïd, comme si de rien n’était.

Steve Jobs offre de temps à autres une petite campagne grand public, une fois les produits lancés, afin d’installer et répendre la coolitude à échelle internationale. Le plus dur est déja loin derrière…