10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #158

1. Kant a inventé le porte-jarretelle.

2. Le nouveau patron Nord Am de BBH est un ancien militaire. Discipline. Merci Benjamin

3. Initialement, les péages d’autoroutes ne devaient durer que le temps d’amortir les coûts de fabrication des autoroutes. Aucune trace sur Google… Merci Karine

4. En France, les hommes vont plus souvent chez le coiffeur que les femmes.

5. McDonalds est le premier distributeur de jouets dans le monde.

6. Les plaque d’égouts sont scellées lors du Grand Prix de Monaco.

7. La vraie histoire de David et Goliath n’est pas ce qu’on croit :

8. Le dérivé de lol lulz est né des trolls : il désigne un rire moqueur. Source : Jaron Lannier

9. Le Chief Mouser du Cabinet Office.

Chief Mouser to the Cabinet Office

10. Quelques explications d’idiomes anglais :

La boucle est bouclée : le problème de l’hyper-choix

Qui n’a jamais ressenti un vague sentiment d’oppression en parcourant les linéaires d’un supermarché? Des milliers de références nous invitent à les choisir : par leur marque, leur couleur, leur format…

Cette conférence de Malcolm Gladwell (l’auteur du Tipping Point) raconte l’histoire d’un marketeur pionnier des années 70 : Howard Moskowitz. Il est le premier (selon le conférencier) à avoir fait prendre aux consciences aux marques qu’elles gagneraient à considérer les gens dans leur hétérogénéité plutôt que de vouloir trouver LA recette magique.

Le schéma est simple : plutôt que de chercher à satisfaire 70% des gens avec un unique produit, autant en séduire 85% avec 3 recettes du produit en question…

En d’autres termes, Howard est responsable de l’inénarrable croissance de la diversité au sein de nos linéaires. Un bien pour un mal…

Dans cette autre conférence, le psychologue Barry Scwhartz apporte un éclairage alarmant sur ce qu’il appelle “le paradoxe du choix” : plus le nombre de solution offerte à un humain est élevé, plus il lui est difficile de prendre une décision. Il patine.

Selon Barry, l’hyper-choix induit par la consommation est une des sources majeures de la dépression…

Que retenir de l’absurdité de ce cercle vicieux?

Qu’il est définitivement temps, comme l’affirment de nombreuses marques, d’écouter les gens en leur offrant des produits simples à comprendre.

Quitte à perdre les 10/15% gagnés par une segmentation agressive.

La santé mentale des 70% restants  leur en saura grès.

Nouveau iPhone : la rumeur poussée à son paroxysme

Il y a des cinglés sur terre : après le hoax du Macbook Wheel et toute sorte de gossips relatifs aux produits Apple, les fans se mettent à la fausse pub, de qualité qui plus est.

S’agit-il d’un leaking de la firme à la pomme ou d’un artwork d’adepte? La qualité du rendu est pour le moins professionnelle… Autant de bonnes raisons pour (re)signaler le rôle et l’enjeu de la rumeur dans les mécanisme de contagion d’une information. Kapferer, Morin et autres Gladwell en ont fait leur fond de commerce, nous aurons l’occasion d’en reparler plus longtemps.