Future Founders de Bloomberg Beta est un algorithme de détections de hauts potentiels

Mattermark-and-Bloomberg-Beta-Develop-Predictive-Analysis-Algorithm-to-Find-Future-Founders

Article glaçant du NYT sur les modes d’investissements des capital-risqueurs de la Silicon Valley.

Etant globalement des matheux, ils compilent les statistiques socio-culturello-démographiques des fondateurs de start-ups à succès : ayant réussi à réaliser xxx levées de fonds, générer xxx millions de chiffres d’affaires en xx mois, le temps que cela a pris, leur âge, sexe, etc.

Une fois le portrait-robot du fondateur profilé par la machine, Bloomberg Beta – l’exemple de l’article – l’utilise à l’envers pour identifier de potentielles futures stars des internets. Puis l’entreprise les rencontre et leur donnent des conseils pour monter leur boîte…

L’outil new biz ultime en quelque sorte. Qu’on n’a pas parallèlement pas du tout envie de voir se populariser dans les départements ressources humaines.

Ironie de l’histoire, les profils identifiés par la machine sont plus féminins que les profils observés car l’algorithme ne comprend pas la discrimination

Le monde que nous fabrique la Silicon Valley est nul.

10 things I didn’t know last week #204

1. Here are the top 10 companies investing in R&D. And the winner is Volkswagen.

2.  Mark Zuckerberg and Barack Obama belong to a fellow group dressing the same day, not to “pollute their bigger decision to make” and avoir decision fatigue.

3. The foreskins of circumcised babies are often used as skin graft tissue, to help manufacture human skin, and to make anti-wrinkle skin creams.

4. Some rumors say Lionel Messi was spotted through videogame Football Manager.

5. Honey never rot. Thanks Marie

6. Parisian metro station Liège used to be called Berlin, it switched name in 1914. Same as the café liègois () which used to be viennois before WW1 . Thanks Dad

7. Tumbleweeds don’t roll but reproduce.

Cold War playground equipment

8. Cold War playground equipment was intended to foster children’s curiosity and excitement about the Space Race.

9. Ibuprofen Relieves Women’s Hurt Feelings, Not Men’s.

10. There’s a low cost weapon factory out there.

De l’usage des tags sur Facebook

Facebook est une formidable foire d’empoigne pour les marketeurs.

Parce que l’usage rêvé de ce site (monétisation des datas personnelles) est régulièrement blackboulé par les utilisateurs (projet Beacon avorté, déclaration de Zuckerberg sur la vie privée, etc.), personne ne sait comment l’utiliser alors ça tâtonne, parfois en mal, parfois en bien.

On a vu apparaitre depuis quelques mois des petits malins qui, remplaçant la méthode traditionnelle d’invitation via des events, s’amusaient à tagger les flyers avec les noms des personnes conviées.

Ikea a réagi à cette idée en engageant une campagne où les internautes étaient invités à tagger des objets – disposés sur une image – à leur nom en vue de les gagner. Rigolo mais maladroit… On se croirait dans un manège en train de galérer pour décrocher le ponpon.

A date, l’opération la plus rigolote sur FB est celle de l’organisateur du Bicycle Film Festival à Sydney. Il a photographié au hasard une cinquantaine de vélos dans les rues puis les a postés sur la page de l’évènement. Les personnes à qui appartenaient les biclounes devaient se manifester en prouvant leur propriété pour gagner des pass. Une manière intelligente de créer du trafic.