10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #323

1.L’Oréal s’appelait originellement l’Auréale – du nom d’une coiffure en vogue en 1907. Merci Clodie

2. A la manière des hobo signs, ces signes seraient utilisés par les cambrioleurs pour faire du repérage en France. Merci Mehdi

3. L’expression “se faire appeler Arthur” vient de l’occupation. Le non-respect du couvre-feu imposé par les Allemands était puni de l’exclamation “Acht Uhr !”, qui est devenue Arthur. Merci Victor

4. Avant d’être mangés, les poivrons étaient utilisés comme des chaussettes par les Japonais.

5. La différence entre un acronyme et un initial, c’est que l’initial ne peut être lu comme un mot (ex : FBI ou NBA).

6. La relation bizarre en Buffalo Bill et la première guerre mondiale.

7. Un growth hack en provenance de la Bretagne de la fin du 19e siècle :

A la fin du XIXème siècle, les conserveries de sardines étaient infestées de rats. Personne ne savait comment s’en débarrasser. Pas question d’introduire des chats, qui auraient préféré manger des sardines. On eut l’idée de coudre le cul d’un rat vivant avec un gros crin de cheval. Dans l’impossibilité de rejeter la nourriture, le rat devenait fou de douleur et de rage. Il se transformait en mini-fauve, véritable terreur pour ses congénères qu’il blessait et faisait fuir. L’ouvrière qui acceptait d’accomplir cette sale besogne obtenait les faveurs de la direction, une augmentation de salaire et recevait une promotion au titre de contremaîtresse. Mais pour les autres ouvrières de la sardinerie, la “couseuse de cul de rat” était une traîtresse.

Merci Simon

8. Les costumes du dimanche pour se faire enterrer, c’est dépassé.

9. Le Marlboro Friday correspond à une journée de 1993 où le groupe Philip Morris annonça une baisse de 20% de ses prix pour contrer les marques génériques.

10. Historiquement, le tapin est celui qui bat le tambour.

Le top10 des marques sur Instagram en France est trusté par le luxe

iconosquaretopfrenchbrandsinstagramPetite brève publiée dans CB News il y a quelques jours : le top 10 Iconosquare des marques les plus influentes sur Instagram est trusté par des marques de luxe (exception faite de Maybelline).

Qu’en déduire?

  1. Les marques de luxe ont préempté cette plateforme mais seront sans doute rattrapées un jour par les marques arrivées en retard
  2. Les marques de luxe ont une utilisation experte de la plateforme d’un point de vue créatif et communautaire
  3. Les marques de luxe sont décidément incroyablement fortes en internet

Vous en pensez quoi?

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #68

1. Champion du placement de produit, le film Driven avec Sylvester Stallone montre 103 marques en 117 minutes.

2. L’accélération de nos modes de vie n’est pas que virtuelle : entre 97 et 2007, l’allure moyenne d’un Américain à pied a augmenté de 10% (source : Martin Lindstrom, Buyology).

3. Les opérateurs chinois font payer plus cher les numéros de téléphone chanceux (dotés de 8 par exemple).

4. En plus de More de Barbet Schroeder, les Pink Floyd ont composé les BO de La Vallée (de Schroeder aussi) et Zabriskie Point (Antonioni).

5. Une licence de taxi à NYC peut coûter jusqu’à 1M$.

6. L’histoire du nom de la marque Maybelline, contraction d’un prénom (Maybel) et de la vaseline. Inventé par T.L. Williams.

7. David Manning, l’histoire d’un faux critique cinématographique créé par les studios Sony pour encenser les navets… Fausse bonne idée.

8. Ces deux articles consacrés à deux tribus méritent le détour. Le plus impressionnant, sur les Wandervogels, le plus étonnant, sur les Lo-life. Quand Vice fait des miracles.

9. Un Américain moyen consacre 20% de son salaire à son carburant automobile.

10. L’invention du purgatoire au XIIe siècle a permis une marge de négociation : l’usure (le prêt à intérêt) ne condamnait plus à une damnation éternelle mais à un simple passage temporaire en purgatoire. Texto. Cet article nous apprend également que 90% de l’argent en circulation sur terre est scriptural.