A l’aube d’une nouvelle révolution industrielle, les marques devraient plus que jamais se considérer comme des voyages plutôt que des destinations

Suite à la note d’hier sur les industriels qui se rendent compte que la différenciation est une mythologie en perdition (plus de détail ici, ici ou ), il y a matière à interroger la notion de statut.

Si ce dernier existe depuis la nuit de temps, les révolutions industrielles ont systématiquement bouleversé sa définition. Avoir l’électricité ou l’eau courante fut statutaire à une époque, tout comme rouler en automobile ou prendre l’avion.

Comme l’explique Olivier dans ce commentaire, plus la technologie avance et plus il est difficile de créer de la valeur ajoutée dans la fabrication (pays à faible coût de main d’oeuvre, imprimantes 3D…). Les marques ne peuvent plus se contenter de vendre des objets mais des expériences (où l’on retrouve une excellente illustration de l’hypothèse médiologique selon lequel les idées influent les outils comme les outils influent les idées, cf. le digital…). On passe de l’avoir à l’être.

On peut ainsi raisonnablement décréter officiellement l’obsolescence du statut et invoquer la sagesse taoïste selon laquelle l’important est le voyage, pas la destination. Si le statut est mort, les marques ne devraient plus se considérer comme des destinations mais comme des voyages. Elles doivent être des leviers (/ des ingrédients) au service d’autre chose : l’expression personnelle, la cohésion sociale, la sauvegarde de la planète, peu importe.

N’importe qui peut rouler en Mercedes ou posséder un sac Vuitton. Tout le monde ne peut/ ne veut s’engager pour une cause quelconque, apprécier la qualité d’une publication ou jouir d’une invitation spéciale dans un musée.

Cette prééminence du money can’t buy sur la performance industrielle laisse entrevoir un âge d’or pour les métiers du marketing et de la communication.

Nouvel algorithme et tyrannie du like : bienvenue dans le nouveau Facebook, gigantesque trottoir

S’il est une excellente preuve de l’hypothèse médiologique (cf, cf) selon laquelle les outils façonnent les modes de pensée autant que les modes de pensée font émerger certains types d’outils, en voici une.

Le nouvel algorithme Facebook de remontée des stories sur notre wall va bouleverser la nature et la manière dont les contenus sont échangés.

La diffusion des liens sur nos walls dépend désormais du nombre de like qu’ils récoltent (ainsi que d’autres variables telles que la nature du lien avec ses amis ou le mode de souscription aux contenus).

Plus on récolte de like, plus on apparaît sur le mur de ses contacts : en visibilité comme en durée.

Cette observation est aussi théorique qu’empirique : certains auront remarqué que le lien quotidien feature depuis quelques semaines les inspirateurs des sujets (notamment les 10 choses que je ne savais pas la semaine dernière) dans la publication de ses notes sur Facebook. En cas de like des susnommés, la visibilité des articles bondit dramatiquement.

Si la condition d’existence d’un contenu est assujettie à l’appréciation de ses audiences, il y a fort à parier que les contenus diffusés prennent le pli des goûts du public et partent à la chasse au like.

Une pression supplémentaire pour les marques qui luttent sur FB, comme pour le quidam, forcé de composer avec ce nouvel ordre de la popularité, instigateur de personnalités, de fun et d’exclusivité (on pense notamment au syndrome identifié des attention whores).

La logique de la télévision et de la circulation circulaire de l’information n’est pas si loin.

Pour le 10e anniversaire de la disparition de Bourdieu, ce nouvel  algorithme valait bien un hommage.

L’effet jogging du succès d’Instagram nous raconte la dimension rétrograde du progrès

L’article récent sur le paradoxe de Jevons fait écho à un phénomène cousin : l’effet jogging. Ce dernier désigne une tendance selon laquelle une innovation technique peut produire un corollaire une recrudescence de la pratique remplacée.

Son nom provient de la course à pied, une pratique propre au 20e siècle qui doit son succès au développement de l’automobile.

Si Jevons présente ce phénomène par le prisme de l’économie, l’effet jogging lui préfère l’approche plus hybride de la médiologie de Régis Debray. Selon ce dernier, le progrès est rétrograde.

Les innovations techniques se suivent et se ressemblent : elles ne se substituent pas mais valorisent l’obsolète.

L’automobile fait courir à pied les gens, la photo numérique remet au goût du jour le Lomo le Polaroïd, l’informatique revalorise l’écriture manuscrite (du moins celle des cartes postales).

Comme dirait Régis : ce qu’outils et objets déverrouillent, nos oeuvres et nos mémoires le referment.

« L’autonomie et le fonctionnement en réseau ne sont pas des inventions d’Internet, ce serait plutôt Internet qui serait le produit de l’autonomie et du fonctionnement en réseau »

Cette citation provient du dernier ouvrage du sociologue Pierre Mercklé : Sociologie des réseaux sociaux. L’auteur y défend un point de vue relativement inédit sur l’apparition et le développement de l’internet, lie à des évolutions de la structure sociale bien antérieures à l’apparition du web.

Lire la suite « « L’autonomie et le fonctionnement en réseau ne sont pas des inventions d’Internet, ce serait plutôt Internet qui serait le produit de l’autonomie et du fonctionnement en réseau » »

Blogguer pour mieux penser

On connait les propriétés propres à chaque média ou médium.

Grosso modo, la télévision impressionne, l’affiche frappe, le cinéma immerge… Et le papier aide à se concentrer et réfléchir sur un sujet…

La lecture sur écran est moins adaptée aux longs textes, expliquant les nouveaux protocoles textuels sur la toile : court, rapide, percutant.

Alors que la lecture est différente sur papier et écran, l’acte d’écriture ne me semble pas fondamentalement distinct.

Sur une feuille comme sur un feuillet Word, écrire aide à organiser sa pensée et structurer son texte en vue d’optimiser la réception de l’idée.

C’est dans sa forme que le fait médiologique intervient : on est plus disert sur un morceau de cellulose que devant son LCD. Est-ce que le seul contexte dicte cette conduite? Est-ce que le papier inspire parce qu’il est naturellement lié à la presse ou la copie universitaire ? Est-ce que l’écran induit en loucedé la brièveté ? Sans doute.

Le médiologue Pierre d’Huy convoque fréquemment l’exemple du logiciel PowerPoint qui formate notre manière de penser et écrire.

Nous savons que les médias provoquent de nouvelles formalisations des idées sans que nous ne nous rendions compte de l’impact que la forme aura sur le fond.

Puisque je n’ai pas le sentiment que le fond de mon idée soit dénaturé par l’écran – les coquetteries propres au papier en moins – j’ai du mal à imaginer que les nouveaux supports puissent en modifier fondamentalement le sens.

Et pourtant…

L’avenir nous réserve de belles surprises.

Pour mémoire, notre veille Né Kid sur la médiologie :