Angela Merkel a fondé sa campagne électorale sur un meme

C’est l’histoire singulière d’une image humoristique qui parcourt les internets depuis des années maintenant :

superglue_merkel

La semaine dernière, c’était les élections législatives en Allemagne. Au détours d’une conversation, une collègue allemande me raconte l’idée de communication de la chancelière à l’orée du nouveau scrutin :

-

Le geste !

Ce qui avait débuté par une plaisanterie potache est devenu le symbole de Merkel : sagesse, unité, circonspection, fiabilité. Des qualités qui parlent outre-Rhin. La plus grosse affiche de la campagne en forme de mosaïque était composée de milliers de photos de membres du CDU en train de faire le geste.

La plus belle preuve de capacité d’écoute, d’empathie, de compréhension de ses concitoyens.

Naturellement, une telle idée ne pouvait qu’être détournée, à la plus grande joie de l’équipe électorale.

Bien vu !

Priceless de Mastercard est décidément une plateforme de communication priceless

Pour-vous-Paris-devient-Priceless-visuel-copie

La plateforme de communication Priceless de Mastercard est décidément géniale.

Créée il y a plus de dix ans, elle est désormais implémentée dans plus de 100 pays et a permis à la marque de hisser dans les 30 premières marques mondiales du classement BrandZ. Priceless est devenu l’expression consacrée des bons moments – même en France – et a généré des centaines de memes et de parodies sur les Internets.

D’un point de vue communication, Priceless est l’expression parfaite de la dématérialisation génératrice de transactions. La com au service du business. Bravo.

D’un point de vue stratégique, Priceless est une pure comms idea, ie. indépendante des messages et des moyens. Elle est un hub sur lequel peuvent se brancher des milliers d’idées de pub, de promos, d’animations en point de vente, de brand content, de partenariats…

Une parfaite idée intégrée où la conflictuelle – et habituelle – marge d’adaptation locale est estompée par l’inspiration de la plateforme.

On ne répétera jamais assez la qualité de ce travail, qui plus est souvent bien intégré (cf. présence actuelle dans les guides de spectacles en France).

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #75

1. Avant 1945, la marque automobile Jaguar s’appelait SS Cars. On comprend pourquoi elle a préféré changer de nom, d’autant plus que son logo évoquait des souvenirs peu amènes.

2. Quand aller chez le médecin rimait avec michetonner. Merci Charlotte

3. Les parents allemands consacrent 13,4% de leur budget jouets aux jeux de construction à « culture ingénieur », la plus forte proportion européenne (1er marché d’Europe pour Lego).

4. La pléonexie, le désir d’avoir plus que les autres en toute chose. Made in Mauss. Merci Fabien

5. L’effet Bouba/Kiki est une théorie psycho cognitive prouvant les synesthésies plastiques et linguistiques. En clair : les gens attribuent naturellement un nom aux consonances rondes à une forme arrondie. Merci Alex.

6. Les ravages écologiques générés par les tournages d’Apocalypse now, Ben Hur, The Beach, Le Monde du silence…

7. Annie Cordy et le PSG à l’époque où il s’appelait encore le PSGFC… Merci Guillaume

8. Arnie possède son musée.

9. Le meme do not want viendrait d’une mauvaise traduction de Star Wars en chinois. Merci Alex

10. L’histoire du Made in Germany, emblème de honte (estampillé Germany – UDSSR Occupied ; merci Marylou) inventé en 1887 par le Royaume-Uni pour vanter la qualité de fabrication british.

Friendzone et distance sociale – quand les collégiens font allégeance à la sociologie

Si l’analyse des phénomènes mémétiques online est un exercice périlleux, rendons hommage à une expression actuellement en vogue sur les sites communautaires : la friend zone.

Par une métaphore spatiale, elle désigne le lien uniquement amical au sein d’une relation où l’une des deux personnes voudrait aller plus loin.

La friend zone offre une illustration de choix aux théories de la proxémie (étude des distances sociales) produites par Hall ou Moles, nous enseignant que les distances entre deux interlocuteurs opèrent une mutation graduée des significations du message échangé.

En voici les 4 grands piliers (dans les pays latins – ces distances changent selon les cultures) :

  • sphère intime (de 15 cm à 45 cm : pour embrasser, chuchoter)
  • sphère personnelle (de 45 cm à 1,2 m : pour les amis)
  • sphère sociale (de 1,2 m à 3,6 m : pour les connaissances)
  • sphère publique (plus de 3,6 m : pour parler devant un public ou interpeler quelqu’un).

A noter : la proxémie continue de s’appliquer au sein des jeux vidéos, notamment les MMORPG.

La friend zone rend également hommage a un des grands penseurs du lien social, Peter Sloterdijk. L’auteur de la trilogie Sphères y détaille son point de vue par la même métaphore géométrique que les sphères de la proxémie (cf. cet article), ou de celles de Google+…

Laissons Adam et Eve nous résumer le concept :

Memes et consors : de la complexité exigée par l’analyse de certains phénomènes

Les lecteurs les plus récents sont peut-être passé entre les gouttes de la mémétique, sujet fréquemment abordé ici et chez Né Kid. Il y a quelques jours, une présentation très publicitaire parait sur Slideshare :

Lire la suite « Memes et consors : de la complexité exigée par l’analyse de certains phénomènes »