10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #321

1.Le salut des motards vient d’un geste du champion de moto Barry Sheene qui prenait cette pose quand il gagnait une course.

2. Le doxxing : révéler les informations personnelles d’une personne.

3. L’histoire du 3615, c’est celui d’un modèle de rémunération, parallèle à celui du 3613 et 3614.

4. Cette maladie du cerveau produit un désir irrépressible de faire des blagues.

5. The Overview Effect : quand un astronaute voit la terre depuis l’espace, il est pris d’une euphorie.

6. 25% des internautes dans le monde utilisent un VPN.

7. Joseph-Louis Lambot, le français inventeur du béton armé, pensait initialement vendre son invention à la Marine.

8. L’effet spotlight est un biais cognitif qui fait que l’on accorde une importance démesurée à nos situations personnelles alors que les autres ne les ont pas ou peu remarquées et vite oubliées.

9. Yelp génère plus de chiffre d’affaires que Snap (aux USA).

10. Les noms Astérix et Obélix sont un hommage aux imprimeurs : l’astérisque et l’obèle (le signe typographique des divisions avec la barre horizontale et les deux petits points).

Le zombie media ou le porte parole technologique de notre peur de l’avenir

La vogue des zombies dit notre crainte de l’avenir. Elle cristallise les angoisses de notre rapport au temps grâce à un état bien commode le zombie. Mort-vivant, entre la vie la mort, le présent et l’avenir. Le non-état du zombie ne fait pas de lui un non-être mais un être à part.

Dans cette perspective, la définition du zombie media par Jussi Parikka ne manque pas de piquant :

Zombie media addresses the living deads of media culture. As such, it is clearly related to the earlier calls to investigate “dead media” by Bruce Sterling and others: to map the forgotten, out-of-use, obsolete and declared dysfunctional technologies in order to understand better the nature of media cultural development.

Intéressant parce que sa thèse milite pour l’institution d’une archéologie des channels visant à mieux comprendre les développements des médias (on comprend autant un phénomène par ses bosses que par ses creux) et pour son intérêt porté à des objets mort vivants : le minitel (il est encore chaud), les pagers dans les hôpitaux ou les casernes de pompier, les pneumatiques dans les supermarchés ou les bureaux, les numéros vert en bas des annonces presse…

Nous sommes entourés d’objets naguère innovants désormais obsolète d’un point de technique mais pas du point de vue des usages.

Les médias zombies disent aussi nos craintes de l’avenir. Le nouveau, le plus léger, plus rapide, plus performant n’est pas toujours mieux dans l’esprit des gens.

A méditer avant de vendre de l’inno dans votre prochaine reco.

10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #106

1. Francis Bacon est des inventeurs du code binaire.

2. Les carottes sont devenues oranges au 17e siècle, sous l’impulsion du patriotisme hollandais.

3. Charlie Parker aurait inventé le bop pour être sûr que les blancs ne puissent le copier (cf. minute 8) :

4. John Daniel Hertz est l’homme qui a inventé les taxis jaunes aux US. Il est également à l’origine du champion mondial de la location de véhicule (dont le logo est jaune).

5. La méthode des loci est une technique de mémorisation reposant sur l’association des choses à retenir avec des lieux.

6. En Chine, les riches engagent des sosies pour purger leurs peines de prison.

7. La paume de notre main peut faire office de montre :

8. Le friendship paradox : vos amis ont forcément plus d’amis que vousYou are more likely to be friends with someone who has more friends than with someone who has fewer friends.

9. L’écologie a eu un logo (un e imbriqué dans un o), créé par Ron Cobb, dont voici le drapeau :

10. En 1994, CLM organise une consultation par Minitel pour savoir si les gens veulent sauver l’égérie publicitaire Monsieur Marie. Pas de chiffre de participation mais tout l’esprit CLM en une idée.

Une histoire de créativité : hommage à Claude Shannon

C’est la première fois que cela arrive, pardonne-moi par avance mais cet article est copié/collé du blog de Né Kid où je l’ai rédigé hier. Son but n’en est pas moins amoindri, au contraire. S’il contribue à raviver le souvenir proto-geek de Claude Shannon, ce sera une victoire.

On l’entend plusieurs fois par jour sans se douter de sa présence.

Vous parlez de lui mais vous ne connaissez pas.

Il est partout mais vous ne le trouverez nulle part.

Voici le genre de devinettes qu’appréciait Claude Shannon, un des pères des sciences de l’information et de la communication, disparu il y a un peu plus de 10 ans. Hommage.

Continue reading “Une histoire de créativité : hommage à Claude Shannon”